Boulangerie pain

Afin de faciliter aux boulangers l’acquisition de la farine subventionnée : Vers un contrôle minutieux des minoteries

Le ministère du Commerce a donné des garanties aux boulangers pour régler leur problème de la marge bénéficiaire.

C’est ce qui a été affirmé par Youcef Kalafat, président de la Fédération nationale des boulangers (FNB), affiliée à l’union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA). Au lendemain de la réunion qui s’est tenue entre les deux parties, il s’avère que le ministère a fini par formuler une série d’assurances pour la préservation de la marge bénéficiaire des boulangers. Pour ce faire, le département de Saïd Djelllab jouera le rôle de l’intermédiaire entre les boulangers et les minoteries, et ce, afin de faciliter aux boulangers l’acquisition de la farine subventionnée par facturation. Le président de la Fédération nationale des boulangers (FNB), Youcef Kalafat, a affirmé qu’ « au cours de la réunion qui s’est déroulée mercredi dernier, le ministre du Commerce s’est engagé à trouver des solutions concrètes aux revendications soulevées par les boulangers, essentiellement, la révision de la marge bénéficiaire». «Nous avons eu des garanties de la part du ministère de tutelle qui nous a demandé de patienter quelques jours afin de régler notre problème lié à la marge bénéficiaire», a-t-il déclaré en ajoutant : «Nous sommes confiants que la promesse d’augmenter cette marge soit appliquée dans les prochains jours». Donnant davantage de détails à ce sujet, le président de la FNB a précisé que «le ministre, Saïd Djellab, s’est engagé à soumettre la liste des revendications des boulangers au gouvernement qui, à son tour se penchera sur le dossier en examinant deux mécanismes pour assurer la farine subventionnée aux boulangers». Ainsi, il expliquera que le «gouvernement pourrait jouer le rôle de l’«intermédiaire» entre les boulangers et les minoteries de façon à permettre aux boulangers d’acquérir de la farine subventionnée». Pour ce qui est du second mécanisme, le président de la FNB a précisé que la facturation de l’opération de vente de la farine subventionnée pourrait être décidée. Ceci permettra, selon Youcef Kalafat d’éviter l’évasion fiscale, et de permettre de bénéficier de la subvention.
Tout en précisant que les boulangers revendiquent une augmentation de la marge bénéficiaire et non la hausse des prix du pain, le président de la FNB a noté que «depuis le début de 2017, plus de 4 000 boulangers ont mis les clés sous le paillasson, faute d’une marge bénéficiaire adéquate pour eux». D’autre part, le président de la Fédération nationale des boulangers, affirme que celle-ci compte actuellement 17 000 adhérents à l’échelle nationale. «Un chiffre qui sera revu à la baisse si les pouvoirs publics ne trouvent pas de solutions à leurs problèmes», juge Youcef Kalafat. Pour rappel, la question du prix du pain revient cycliquement au-devant de la scène. Elle a été évoquée déjà en 2002-2003, en 2008-2009, puis en 2013 et encore en 2015, avant que celle-ci n’explose en 2017 lorsque les boulangers ont décidé unilatéralement d’augmenter le prix du pain. Les minoteries ont été souvent pointées du doigt par les boulangers en raison du détournement de la farine subventionnée. Reste à savoir si ces deux mécanismes de contrôle pourront permettre aux boulangers de s’approvisionner de la farine subventionnée.
Lamia Boufassa