Tribunal de Cheraga

AFFAIRE « MADAME MAYA » : Lourd réquisitoire du tribunal de Chéraga

Le procureur de la République près le tribunal de Chéraga (Alger) a requis, ce jeudi, contre les principaux accusés dans l’affaire de la femme d’affaires Nachinache Zoulikha-Chafika, dite « Madame Maya », des peines allant de 10 à 15 ans de prison ferme. Une peine de 15 ans de prison ferme assortie d’une amende de 6 millions de DA a été requise contre « Mme Maya », alors que des peines de 15 ans de prison ferme assorties d’une amende d’un million de DA ont été requises à l’encontre de Mohamed El-Ghazi et Abdelghani Zaalane, qui comparaissent respectivement en qualité d’ex-walis de Chlef et d’Oran. Le procureur a requis également des peines de 10 ans de prison ferme assorties d’une amende de 6 millions de DA contre les deux filles de « Mme Maya », Imène et Farah (non détenues). Dans la même affaire, une peine de 12 ans de prison ferme assortie d’une amende d’un million de DA a été requise contre l’ancien Directeur général de la Sûreté nationale, Abdelghani Hamel, alors que des peines allant de 5 à 12 ans de prison ferme ont été également requises contre les cinq autres accusés, dont Chafik El-Ghazi, fils de Mohamed El-Ghazi et l’ancien député à la retraite, Omar Yahiaoui (en fuite à l’étranger). Dans sa plaidoirie, la défense de la partie civile a estimé à « plus d’un milliard de DA » les pertes causées au Trésor public dans cette affaire. Les griefs retenus contre les accusés sont notamment « blanchiment d’argent », « trafic d’influence », « octroi d’indus avantages », « dilapidation de deniers publics », « incitation d’agents publics pour l’octroi d’indus avantages » et « transfert illicite de devises vers l’étranger ».

Verdict du procès de Mourad Oulmi
Il convient à rappeler qu’au programme d’aujourd’hui la cour d’Alger prononcera le verdict du procès de Mourad Oulmi l’homme d’affaires et président du groupe SOVAC, poursuivi dans l’affaire liée au montage automobile. Sont poursuivis dans cette affaire, d’anciens ministres, à leur tête les anciens Premiers ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, à l’encontre desquels une peine de 15 ans de prison ferme avait été requise, tandis qu’une peine de 10 ans de prison assortie d’une amende de 2 millions de Da avait été requise à l’encontre de l’ancien ministre de l’Industrie, Youcef Yousfi.
Sarah Oub