ABDELAZIZ RAHABI, COORDINATEUR DU FORUM POUR LE DIALOGUE : «Pas de jugement sur le panel avant de connaître ses prérogatives»

De son côté, l’ex-ministre de la Communication et coordinateur du Forum national pour le dialogue, initié par les Forces du changement, Abdelaziz Rahabi, estime qu’«il ne faut pas porter un quelconque jugement sur le panel du dialogue ou sa composition, avant de connaître ses véritables prérogatives», déclare-t-il, samedi, aux médias.
Selon ce diplomate, «le débat ne porte pas autant sur la composition que sur la feuille de route du panel». En posant une série de questions sur la souveraineté et l’autonomie de ce panel, Rahabi s’interroge : «Est-ce qu’il est souverain, est-ce qu’il va décider de l’organisation, du suivi, du contrôle et de la date des élections. Va-t-il se substituer au Conseil constitutionnel qui a perdu toute crédibilité pour la proclamation des résultats ? », s’est-il demandé. Et à lui d’affirmer qu’«il faut donc laisser le temps au temps car nous ne pouvons pas, à priori, y porter un quelconque jugement, tant nous n’avons pas une idée sur le mandat de ce panel», a-t-il argué.
Toujours à propos du dialogue, Rahabi a déclaré qu’à la rencontre d’Aïn Benian, les participants ont fait des propositions de sortie de la crise, «mais il y a des gens qui ne nous ont pas compris. On a dit que les élections doivent être organisées par une autorité totalement indépendante, souveraine dans ses missions et sa composition et son fonctionnement pour le bon déroulement du processus électoral». Plus que ça, «nous portons les mêmes revendications depuis les années 90, un État de droit, libre et démocratique, une justice indépendante, contre la corruption», explicite-t-il comme pour relancer la feuille de route du Forum qu’il représente. «Il est plus qu’urgent de mettre les mécanismes adéquats pour aller vers un véritable dialogue», a-t-il davantage d’ailleurs suggéré, en rappelant les préalables posés au pouvoir avant d’entamer le dialogue national.
S. O.