9.9 C
Alger
23 février 2024
lecourrier-dalgerie.com
Culture+

7e Festival diwan : Jil Essaed impose son diwan sur scène

Une rencontre musicale entre la profonde spiritualité et la puissance de son diwan et la fluidité et l’énergie du free jazz, présentée dimanche soir à Alger par le jeune groupe « Jil Essaed » d’Oran et la guitariste de jazz français Nguyên Lê, a séduit le public algérois. Se produisant pour le compte du 7ème Festival international de musique diwan qui se tient à Alger depuis vendredi, le jeune Maâllem Lahbib, lauréat du second prix du festival national de diwan tenu à Bechar en mai dernier, a réussi à imposer une session de fusion instrumentale autour du diwan. Invité à partager la scène avec le grand jazzman français Nguyên Lê qui a présenté son projet hommage « Celebrating Jimi Hendrix », Lahbib et ses musiciens ont réussi à imposer leur style sur scène et sortir de la figuration. L’audace du jeune Maâllem a très vite séduit les musiciens français et le public qui en redemandait découvrant Lahbib dont l’audace se traduit aussi dans sa façon très libérée de jouer du goumbri. Ayant collaboré avec un nombre incalculable de musiciens, le talent, l’éxpérience et le feeling du jazzman ont permis des arrangements ethno-jazz, rock et parfois même, avec des sons des Caraïbes, des solos goumbri du jeune Maâllem, qui a imposé plusieurs fois de nouveaux morceaux pour prolonger cette session. Plus tôt dans la soirée, Nguyên Lê, qui s’était produit à plusieurs reprises en Algérie, avait présenté au public, venu nombreux écouter, la dernière mouture de son album « Purple » hommage à Jimi Hendrix, qui reprend les succès du guitariste de légende réarrangés par le jazzman. Sorti en 2002, ce projet n’a eu de cesse d’évoluer depuis les derniers arrangements apportés à des succès comme « Voodoo Child » ou « Up From The Skies » ont transporté le public dans l’univers particulier du jazzman qui jongle entre la puissance du rock et la fluidité du jazz tout en y greffant des nappes vocales ou des sonorités ethno-jazz puisées dans les musiques des Caraïbes ou africaines.Tout au long de sa carrière, ce musicien à vocation ouverte s’est attelé à la conception de fusions musicales sur la base de son « Jazz-rock » auquel il intègre sans en toucher l’essence des musiques d’autres cultures qui l’inspirent. Cependant cette soirée, durant laquelle la magie de la musique a tissé des liens entre des cultures éloignées, a été encore entachée par deux coupures d’électricité qui ont déçu le public et mis les musiciens à rude épreuve. Ouvert vendredi, le 7ème Festival international de musique diwan se poursuivra jusqu’au 14 août au théâtre de verdure Saïd Mekbel du bois des arcades, avec encore au programme des Maâllems algériens et marocain ainsi que des groupes de rock et de blues.

Related posts

Azzedine Mihoubi à l’Avant-première de «Juba II» : «Faire connaître l’histoire profonde de l’Algérie»

courrier

Sid Ahmed Serri : Une icône de la musique andalouse

courrier

Évocation : Il y a deux ans disparaissait Idir

courrier

Disparition : Little Richard, rockeur de génie et âme torturée

courrier

Box-office US : «The Predator» avale ses rivaux et prend la tête

courrier

BANJOÏSTE ET GUMBRISTE DES PLUS DOUÉS : Cheikh Namous tire sa révérence

courrier

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.