Tebboune-erdogan

VISITE DU PRÉSIDENT TEBBOUNE EN TURQUIE : Consolider le Traité d’amitié de 2006

À l’invitation de son homologue turc-qui remonte à décembre 2021- le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, entame, aujourd’hui, une visite d’Etat de trois jours en Turquie, selon la présidence de la République. « À l’invitation de son frère, Recep Tayyip Erdogan, président de la République de Turquie, pays frère, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune entame, aujourd’hui, une visite d’Etat de trois jours en Turquie », énonce un communiqué des services de presse du palais d’El-Mouradia. « Monsieur le Président aura avec son frère le président de la République de Turquie, des entretiens sur les relations algéro-turques et les moyens de les renforcer au mieux des intérêts des deux peuples frères, ainsi que sur les questions régionales et internationales d’intérêt commun », précise la même source. Liés par Traité d’amitié et de coopération qui court depuis 2006, l’Algérie et la Turquie, engagées au plus haut niveau de la responsabilité à l’occasion de la visite d’Etat du président Tebboune-qui rend ainsi la pareille à son homologue turc lequel avait visité l’Algérie les 26 et 27 janvier 2020-n’auront pas fort à faire tant ils disposent d’un cadre de coopération. Les liens émanent d’une profondeur historique et ils sont tissés tout au long de la présence ottomane en Algérie (1512-1830). La visite du président Tebboune n’intervient pas donc sur un coup de tête. En décembre 2021, représentant l’Algérie aux travaux du 3e sommet Afrique-Turquie à Istanbul, le Premier ministre Aymene Benabderrahmane s’est entretenu avec le chef d’Etat turc qui a invité son homologue algérien à visiter la Turquie et a souhaité que celle-ci intervienne « dans les plus brefs délais ». Depuis lors, des hauts responsables des deux gouvernements ont échangé des visites à l’effet de murir les projets de partenariat à tous les niveaux d’activité. Au-delà du volet international, où les deux parties ont eu déjà à se consulter sur les questions d’intérêt commun, entre l’Algérie et la Turquie, c’est surtout le dossier économique qui anime la dynamique de coopération.
Le partenariat dans ce volet ne cesse d’évoluer. Pour preuve, l’engagement est pris quant à la réalisation de projets communs dans divers secteurs d’activité. Au titre des échanges commerciaux, le volume a atteint plus de 4 milliards de dollars en 2021. L’Algérie se place aujourd’hui en première place en Afrique et occupe la 7e position à l’échelle mondiale des pays dans lesquels la Turquie investit le plus.
Quant à la Turquie, les investissements directs en Algérie ont atteint près de 5 milliards de dollars pour quelque 30 000 postes d’emploi générés, selon des données officielles turques reprises par l’Agence nationale de presse. Ces investissements ont été placés dans les secteurs de l’acier et du fer, du textile, des produits chimiques et d’entretien, des produits pharmaceutiques et agro-alimentaires. Concernant les entreprises turques en Algérie, elles sont au nombre de 1 400 qui interviennent notamment dans les domaines de la construction, le bâtiment, les travaux publics, l’industrie, l’agriculture, la distribution et les technologies de communication, ainsi que le transport maritime et aérien. A propos de la valeur globale des projets gérés par les turcs en Algérie, elle est d’environ de 20 milliards de dollars.
Farid G.