VARIANT Omicron

Variant Omicron : Pessimisme sur l’efficacité des vaccins existants

Le patron du laboratoire pharmaceutique Moderna affiche un pessimisme sur l’efficacité des vaccins existants contre le variant Omicron du coronavirus, au moment où de nouvelles restrictions sanitaires se multiplient dans le monde, comme au Royaume-Uni et au Japon mardi.

Il y aura une « baisse significative » de l’efficacité des vaccins actuels face à Omicron et il faudra plusieurs mois pour en élaborer un nouveau, juge Stéphane Bancel, dirigeant de Moderna, dans un entretien au Financial Times. « Tous les scientifiques à qui j’ai parlé (…) disent +Cela ne va pas le faire+ », assure-t-il. Divers fabricants, dont Moderna, AstraZeneca, Pfizer/BioNTech et Novavax se sont néanmoins dits confiants dans leur capacité à combattre Omicron en créant un nouveau vaccin. La Russie a, elle, annoncé travailler sur une version de son « Spoutnik V » ciblant spécifiquement Omicron, dans le « cas improbable » où le sérum actuel ne suffirait pas. La pandémie de Covid-19 a fait au moins 5.206.370 morts depuis son apparition fin 2019 en Chine, selon un comptage de l’AFP.

Tour de vis mondial
Signalée initialement en Afrique du Sud la semaine dernière, cette nouvelle souche s’est propagée sur tous les continents, du Canada à l’Italie, en passant par le Japon, l’Allemagne, l’Espagne, le Portugal ou encore le Royaume-Uni, où six nouveaux cas ont encore été confirmés lundi. Cela a poussé de nombreux Etats à suspendre les voyages vers l’Afrique australe, instaurer des dispositifs préventifs et, pour les plus fournis en vaccins, à exhorter leur population à se faire injecter une 3e dose. Au Royaume-Uni, pays parmi les plus endeuillés par la pandémie (près de 145.000 morts), porter un masque dans les transports et les magasins est redevenu obligatoire mardi. Tous les voyageurs y arrivant doivent faire un test PCR et s’isoler jusqu’au résultat, les tests antigéniques n’étant plus valables. Depuis ce weekend, Londres n’acceptait déjà plus les non-Britanniques venant de 10 pays africains (Afrique du Sud, Namibie, Lesotho, Eswatini, Zimbabwe, Botswana, Malawi, Mozambique, Zambie et Angola). L’Europe, redevenue depuis plusieurs semaines l’épicentre de la pandémie, semble le continent le plus touché actuellement par Omicron. Les Pays-Bas ont fait état de 14 passagers arrivés ce week-end d’Afrique du Sud porteurs d’Omicron. Mais le variant était déjà en circulation dans le pays le 19 novembre, soit presque une semaine avant l’annonce sud-africaine sur l’existence du variant, ont indiqué mardi les autorités néerlandaises. La France a signalé son premier cas mardi, sur l’île de la Réunion, et recommande désormais la vaccination aux 5-11 ans présentant un risque de forme grave de la maladie. Le régulateur européen avait approuvé le vaccin pour tous les 5-11 ans quelques jours plus tôt. En Allemagne, qui connaît une véritable flambée épidémique, la Cour constitutionnelle a jugé mardi justifiées et proportionnelles les mesures de confinement partiel prises par le gouvernement depuis le début de la pandémie, ouvrant la voie à un prochain nouveau durcissement des restrictions. En Asie, le Japon, trois semaines après avoir assoupli certaines restrictions, interdit depuis mardi « toutes les entrées de ressortissants étrangers ». Le gouvernement a confirmé mardi son premier cas d’Omicron, chez un homme revenu de Namibie. Israël, où un cas a été confirmé chez un voyageur revenu du Malawi, prohibe également, depuis dimanche, l’entrée des étrangers sur son territoire.

Ne pas « paniquer »
Jamais un variant du Covid-19 n’avait provoqué autant d’inquiétude depuis l’émergence de Delta, actuellement dominant et déjà très contagieux. « Il y a des raisons d’être préoccupés face à ce nouveau variant, mais pas de raison de paniquer », a relativisé le président américain Joe Biden lundi, prévenant qu’Omicron apparaîtrait « tôt ou tard » aux Etats-Unis. Le pays le plus endeuillé au monde par le Covid-19 (près de 780.000 morts), qui s’était rouvert au reste du monde début novembre, s’est refermé lundi aux voyageurs venant de huit pays d’Afrique australe. De leur côté, les ministres de la Santé de sept des nations les plus industrialisées (G7) ont appelé lundi à « une action urgente » face à ce « variant hautement transmissible ». L’Organisation mondiale de la santé (OMS) juge « élevée » la « probabilité qu’Omicron se répande au niveau mondial », reconnaissant que de nombreuses inconnues demeurent: contagiosité, efficacité des vaccins existants, gravité des symptômes. Elément rassurant: à ce jour, aucun décès associé à Omicron n’a été signalé.

Hausse exponentielle
En Afrique du Sud, la majorité des nouvelles contaminations sont déjà liées à Omicron et le gouvernement prédit une hausse exponentielle. Ces données laissent penser que le variant a un grand potentiel de propagation et rappellent l’urgence d’une vaccination à l’échelle mondiale, seule à même de permettre une couverture immunitaire globale permettant de contrôler l’épidémie, alors que l’Afrique est très peu vaccinée. Se considérant « punie » pour avoir révélé son existence, l’Afrique du Sud a réclamé la levée « immédiate et urgente » des restrictions de voyages, jugeant « regrettable » que certaines nations africaines prennent aussi ces mesures. Ainsi le Gabon refuse dorénavant sur son sol les voyageurs provenant de huit pays d’Afrique australe. Le variant Omicron pourrait peser sur l’économie et l’inflation, a averti lundi le président de la banque centrale américaine Jerome Powell, soulignant des « risques à la baisse pour l’emploi et l’activité économique ».
La Chine a également reconnu mardi qu’Omicron compliquerait l’organisation des Jeux olympiques d’hiver de Pékin (4-20 février 2022), mais a réaffirmé sa confiance dans la réussite de l’événement.