Sahara

UNE POSITION QUALIFIÉE D’HISTORIQUE PAR LE FRONT POLISARIO : Le Mozambique pour l’autodétermination des Sahraouis

Les soutiens africains à l’égard de la République arabe sahraouie démocratique et à son peuple qui luttent pour leur droit légitime à un référendum d’autodétermination pour s’affranchir du colonialisme marocain, continuent à fuser de partout. Une position d’alignement sur le droit international qui vient de battre en brèche les thèses du Makhzen.

En effet, après la récente sortie auguste du Kenya, qui a remis les pendules à l’heure en déclarant que son soutien pour le peuple sahraoui reste de mise, et la République du soudan du Sud qui lui emboîte le pas pour rétablir ses relations diplomatiques avec la RASD, c’est autour d’un autre pays africain, le Mozambique, de déclarer sa position en faveur du droit du peuple sahraoui à l’autodétermination suivant le processus onusien pour le règlement de ce conflit opposant le Front Polisario à l’occupant marocain. En réaction à ce soutien, encore un! dont la RASD n’en compte plus désormais, le Front Polisario a salué, samedi soir, la position « de principe et historique » du Mozambique et du Front de libération du Mozambique (Frelimo), qui ont exprimé leur soutien à la juste lutte du peuple sahraoui pour son autodétermination.
Selon l’Agence de presse sahraouie (SPS), l’ambassadeur sahraoui en Afrique du Sud et chargé de l’Afrique, Mohamed Yeslam Bisset, en sa qualité d’envoyé du président de la RASD et secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali, au Mozambique, a salué la position du Frelimo en faveur du droit du peuple sahraoui à l’autodétermination, lors de sa participation aux travaux du 12e congrès du parti au pouvoir. Le diplomate a évoqué les relations historiques entre le parti Frelimo et le Front Polisario, soulignant qu’elles remontaient aux années de la lutte commune contre le colonialisme, exprimant « la gratitude et l’appréciation du peuple sahraoui pour les positions et le soutien exprimés par l’État frère du Mozambique à sa juste cause ». L’ambassadeur sahraoui a rappelé, dans ce sens la participation du parti Frelimo à la première conférence des mouvements de libération africains, tenue en 2018 dans les territoires libérés de la République sahraouie. En l’espèce, force est de constater que le Makhzen continue à collectionner les revers sur le dossier sahraoui. Mal lui en a pris, et au moment où il se targue de ses consulats fantoches, les soutiens africains, pour le peuple sahraoui, fusent de partout au point d’enfoncer davantage Rabat dans ses illusions. C’est sans compter le revirement du chef du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, qui, devant la tribune de l’ONU, s’est plié devant la force du droit international comme seule voie de résolution du conflit au Sahara occidental.
Farid G.