electrop4

UN NOUVEAU CAHIER DES CHARGES FIN PRÊT NOVEMBRE PROCHAIN : Nouveau souffle aux industries de l’électroménager

L’industrie de l’électroménager connaitra, à compter du mois de novembre prochain, un nouveau souffle après l’achèvement de l’élaboration du nouveau cahier des charges devant régir cette activité et à même d’éviter les erreurs du passé.

Selon ce qu’a rapporté le quotidien arabophone « Echorouk », ce nouveau cahier des charges qui entrera en vigueur novembre 2022, permettra à pas moins de 20 producteurs locaux de ressusciter et permettra surtout à cette branche de reprendre la production et l’exportation après une longue période d’arrêt. D’après la même source, le dossier lié au cahier des charges autour du montage et de la fabrication des produits électroménagers serait sur la table du ministère de l’Industrie qui s’est réuni 3 fois depuis le début de l’année avec 20 fabricants en vue de relancer les usines. Dans ce sens, les opérateurs s’apprêtent à relancer l’activité de fabrication et de montage de ces équipements au niveau local avec toutefois, insistent-ils, une réduction des taxes à l’importation de 30 à 5 pour cent. Les opérateurs économiques locaux de cette filière exigent également plus de facilitations rejetant le cahier des charges actuel en raison des difficultés et des contraintes qu’ils leurs inflige notamment en ce qui concerne le calcul du taux d’intégration. Selon la même source, les prix des produits électroménagers et électroniques ont connu ces derniers mois des hausses de 50 pour cent comparativement à 2018 notamment pour ce qui est des téléviseurs et des réfrigérateurs alors que les hausses ont dépassé les 50 pour cent pour d’autres produits. Et de poursuivre qu’en raison du blocage et de la fermeture que connait cette filière, le nombre d’opérateurs spécialisés dans le montage et l’assemblage est passé de 49 à 20 seulement. Aussi la hausse des taxes a été parmi les facteurs ayant poussé plusieurs fabricants à stopper leurs activités. De ce qui est de la hausse des prix de ces produits, l’on évoque essentiellement la hausse du prix de la matière première au niveau international ainsi que de la hausse des prix de transports maritimes de marchandise de 4 fois le prix initial passant de 3000 à 12 000 dollars. L’on évoque également la dévalorisation du dinar face à l’euro et au dollar. Il est à rappelle que depuis 2019, des mesures de restrictions ont été infligées aux fabricants de produits électroménagers, ce qui a bloqué leur activité au point de revenir au point de départ.
Ania Nch