Marche à Alger

UN COLLECTIF D’INTELLECTUELS PROPOSE UNE FEUILLE DE ROUTE AVEC «LE DÉPART» DU PRÉSIDENT COMME PRÉALABLE : «Pour une Algérie libre et démocratique»

Un collectif d’intellectuels composé d’écrivains, d’artistes, de sociologues, de journalistes, d’universitaires, de réalisateurs, d’avocats, de militants et de syndicalistes algériens résidents en Algérie et à l’étranger, a, dans une déclaration commune rendue publique le 22 mars dernier, exprimé son soutien au soulèvement pacifique du peuple et proposé une feuille de route permettant une sortie de crise, pour une Algérie démocratique et sociale.
Dans leur déclaration, les signataires exigent, d’abord, le «départ du président Bouteflika à la fin de son mandat actuel» et soulignent leur «rejet de toute manœuvre présente ou à venir » dont le but, précisent-ils « est de recycler le système ». Ils ont appelé, par la suite, à la formation d’un gouvernement de transition «émanant du mouvement populaire», un gouvernement qui aura pour seules missions, souligne la même source ; la « gestion des affaires courantes en assurant la continuité de l’État et des services publics, la levée immédiate de toutes les entraves liées à l’exercice des libertés civiles, politiques et démocratiques dont la liberté d’association, de manifestation, d’expression, de la presse et de création de syndicats et des partis politiques», y lit-on.
Dans le même contexte, le collectif a fait part de son« refus de toute instrumentalisation de la Religion à des fins politiques»; et appelle à une «garantie de l’Armée de protéger comme toujours l’intégrité du territoire et rester au service de la défense et de la protection du peuple dans ses aspirations démocratiques» soulignent les premiers signataires dudit document. Estimant que l’Algérie serait à «l’aube d’une nouvelle République», le même collectif exprime son désir que celle-ci soit basée sur «la séparation du politique et du religieux», «le respect des droits et libertés individuels», ainsi que sur «l’égalité des droits entre les hommes et les femmes». Par ailleurs, il a mis en garde les différentes composantes du peuple algérien à la «vigilance vis à vis de l’islamisme et du séparatisme qui visent à saper l’unité d’action formidable» du peuple algérien.Il convient de noter que les signataires de cette déclaration ont décidé de garder leur réunion ouverte, en invitant à signer l’appel, par l’envoi, de signature, à l’adresse mail trouhou.dz@gmail.com, pour permettre à l’ensemble des Algériens et Algériennes et les forces vives du pays, dont les intellectuels qui souhaitent prendre part à cette action d’envoyer leurs signatures.
A. N. Ch.