Formation eau

Traitement des eaux et la gestion d’entreprises : Organisation de deux ateliers de formation à Blida

Deux ateliers de formation sur les techniques de traitement des eaux et la gestion d’entreprises sont organisés au niveau de l’Institut national spécialisé dans les arts et industries graphiques de Blida, au profit des cadres du secteur de la formation professionnelle, dans le cadre du programme de coopération «Appui-formation-emploi-qualification» (AFEQ), cofinancé par l’Algérie et l’Union européenne (UE).

Un guide pédagogique à mettre à la disposition des stagiaires en mode de formation par apprentissage, durant leur période de formation, sera élaboré durant ces deux ateliers de formation ouverts depuis, dimanche dernier, pour une durée de cinq jours chacun, a indiqué à l’APS, Nadjet Bahloul Hamoudi, experte locale dans le projet AFEQ. Il s’agit, également, de «développer la qualité de la formation par apprentissage, et d’en améliorer les programmes pour les adapter aux besoins économiques, parallèlement au renforcement de la coopération entre les secteurs économique et de la formation professionnelle», a-t-elle souligné. L’autre but visé par ces ateliers, selon la même responsable, est de «garantir une intégration économique effective dans le processus de formation des apprentis, avec la mise au point d’un programme unifié, qui leur permettra d’intégrer le monde du travail», a-t-elle précisé. Pour sa part, l’experte Moussaoui Hassina, en charge de l’atelier de formation sur le traitement des eaux du programme AFEQ, a souligné que «cette session de formation va permettre l’élaboration d’un programme pédagogique dans la spécialité de technicien supérieur en traitement des eaux dans le mode par apprentissage». Elle a expliqué le choix de cette spécialité en mode par apprentissage par le fait «qu’elle est assurée uniquement en mode résidentiel au niveau des établissements de la formation professionnelle de la wilaya». «D’ou la sélection de cette spécialité par le programme AFEQ, dans un objectif d’adapter la demande aux besoins du marché local», a-t-elle observé. Il sera procédé durant cet atelier de formation, à la définition de la méthodologie, des missions et capacités locales de la dite spécialité, avec la mise au point d’approches théoriques pédagogiques, avant d’effectuer une évaluation globale des entreprises économiques et des établissements de la formation professionnelle. Quant à l’atelier de la qualité, il a pour objectif, selon son responsable, l’expert Mohamed Bourkaib, l’examen du problème de «non réglementation de la qualité du système de gestion des entreprises en Algérie, en vue de lui trouver des solutions». La même session va, également, déterminer la méthode de gestion d’une entreprise par le mode par apprentissage dans le cadre d’un système de formation, à travers la mise au point d’une carte pédagogique et son adaptation aux besoins du secteur économique, selon les explications du même responsable. Le Programme d’Appui Formation-Emploi-Qualification (AFEQ) est cofinancé par l’UE (10 millions d’euros) et l’Algérie (1 million d’euros), représentée, en l’occurrence, par le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale. D’une durée d’exécution de 36 mois, soit du 15 septembre 2017 au 15 septembre 2020, il a été suspendu en mars dernier, à cause de la pandémie de la Covid-19, avant sa reprise le 1 octobre courant, pour se poursuivre jusqu’à mars 2021. Ce programme englobe un plan de formation intensive, repartie en plusieurs phases, à savoir le diagnostic, l’élaboration d’un plan de travail, et son exécution, phase actuellement en cours. Les trois phases d’exécution, visent trois secteurs clés. Dans sa première composante (Adaptation insertion), le bénéficiaire est l’Agence nationale de l’emploi (ANEM) à travers deux wilayas pilotes qui sont Alger et Sétif. La 2eme composante de ce programme profitera au secteur de la formation professionnelle et l’apprentissage, à travers trois wilayas pilotes a savoir Bejaia, Boumerdes, et Blida, au moment ou la 3eme composante vise le secteur de l’Enseignement supérieur, à travers les wilayas pilotes d’Alger, Ouargla, et Oran. Le programme, destiné à la wilaya de Blida, comporte de nombreuses activités dont des sessions de formation, des ateliers, et des visites pédagogiques au profit des élèves de la wilaya au niveau d’entreprises économiques, entre autres, a fait savoir Mme Bahloul. Le choix de la formation par apprentissage dans le cadre de ce programme est expliqué par l’orientation d’une majorité des jeunes pour ce mode, ayant prouvé son efficacité par l’intégration d’un taux de 93% des apprentis en moins d’une année. Une tendance corroborée par la hausse intervenue dans le taux de formation par apprentissage, qui est passée de 30% en 2004, à 60 % en 2017, selon les statistiques du secteur.