zitounip2

TAYEB ZITOUNI, SG DU RND : « Faire bloc contre les manœuvres qui visent l’Algérie »

Le RND a tenu, hier, à l’hôtel El-Riadh, à Alger, la première session ordinaire de son Conseil national. Lors de son allocution d’ouverture, le nouveau secrétaire général du parti, Tayeb Zitouni a tenu, après un bref rappel de la crise multidimensionnelle à laquelle fait face le pays et les « conspirations » menées par des forces étrangères avec la bénédiction de leurs relais locaux afin d’affaiblir le pays, de rendre hommage à l’institution militaire et au mouvement citoyen qu’il a d’ailleurs, qualifié de « béni » et qui a, selon lui, évité l’effondrement de l’État.
Revenant aux perspectives tracées par le parti, dans cette nouvelle Algérie, le successeur d’Ahmed Ouyahia, sinon de Azeddine Mihoubi (ex-SG par intérim), a affirmé que l’un des premiers chantiers auxquels doit s’attaquer le parti est sa reconstruction pour assurer la rupture avec les anciennes pratiques, remettre sur la voie initiale à la base de sa création et unifier les rangs du parti.
« Nous sommes un parti politique qui se projette dans l’avenir. Nous ne sommes pas une association pour applaudissement. Nous sommes mieux structurés que la plupart des autres formations politiques, mais aussi et surtout bourrés de compétences. Nous assumons pleinement nos responsabilités et nous nous inscrivons dans cette nouvelle Algérie forte de par ses institutions » a déclaré le chef de ce parti sous … les applaudissements  de l’assistance.
« La restructuration du parti est une priorité car pour être à la hauteur de nos ambitions, il faut redresser le dysfonctionnent à travers une rupture radicale avec les anciennes pratiques pour pouvoir fonder un parti puissant et organisé capable de se projeter dans les prochaines élections », a-t-il ajouté.
Il a aussi réitéré son engagement à travailler selon les principes du RND avec dévouement, sans discrimination, toute en promettant un nouveau départ pour le parti. Pour faire face aux campagnes de déstabilisations venant de l’extérieur avec une complicité interne, l’ancien maire d’Alger-Centre et actuel directeur général de la Safex (Société algérienne des foires et exportations), préconise de faire un front interne avec des partis politiques soucieux de défendre les intérêts de l’Algérie et mettre en échec toutes les manœuvres malintentionnées qui visent le pays afin de le déstabiliser. Évoquant la Constitution en voie d’élaboration, Tayèbe Zitouni, exclu du parti en même temps que nombre d’autres de ses pairs du mouvement de redressement, en décembre 2016 par l’ancien patron aujourd’hui en prison, Ahmed Ouyahia, a salué le travail effectué par la commission du parti qui a traité le brouillon du comité d’Ahmed Laraba et a surtout regretté le fait que le débat sur la mouture préliminaire soit focalisé sur les constantes nationales au lieu d’aller vers une lecture plus globale et plus approfondie.
S’agissant de l’économie nationale, M. Zitouni a plaidé pour une restructuration de celle-ci pour l’extirper de la gestion administrative et en finir avec le système de la rente dépendant des hydrocarbures pour s’orienter vers une économie diversifiée créatrice de richesses et d’emplois. Il affirme, à ce sujet, que son parti compte créer un organe pour des études stratégiques formé de compétence entre experts et autres, évoluant à l’intérieur comme à l’extérieur du pays pour une Algérie forte sur tous les plans car le pays détient les potentialités nécessaires, humaines et naturelles pour en faire un grand pays.
Brahim Oubellil