12.9 C
Alger
3 mars 2024
lecourrier-dalgerie.com
ACTUALITÉ

Salon de l’automobile : des promos insignifiantes sur des prix exorbitants

Le 18e Salon international de l’automobile d’Alger, qui prend fin aujourd’hui après dix jours d’exposition, a été marqué par un net recul de l’affluence des visiteurs comparativement aux éditions précédentes, ces derniers ne cachant pas leur déception face au renchérissement des prix. Les coûts de cession de la plupart des véhicules ont augmenté de 3% à 20% par rapport à 2014, une hausse qui atteint même les 50% en comparaison avec les prix de l’année 2013. Les remises « exceptionnelles» annoncées par les concessionnaires n’ont pas réussi à créer le même engouement enregistré lors des années précédentes qui ont connu une très forte fréquentation de ce salon qui avait enregistré, en 2014, près de 600 000 visiteurs, selon les chiffres avancés par les organisateurs. Même si les concessionnaires proposent des remises allant jusqu’à 30 000 DA, les prix des voitures neuves restent très élevés aux yeux des visiteurs appartenant à la classe moyenne. «Les réductions sont insignifiantes vu les prix exorbitants», a confié à l’APS un visiteur qui affirme que le choix est désormais «très limité» pour celui qui veut acheter un véhicule à moins de 1,2 million DA contrairement aux années passées.
«J’attends depuis un an cet évènement pour acheter une voiture avec un prix abordable. Hélas, elles sont hors de ma portée. Je suis très déçu!», déplore un autre venu d’une wilaya de l’intérieur du pays. Seules les marques chinoises et indiennes proposent certains véhicules à moins de 900 000 DA, sauf que certains visiteurs ne sont pas intéressés par ces dernières du point de vue de la qualité. L’Association nationale des concessionnaires automobiles (AC2A) explique cette flambée des prix par l’appréciation de l’euro et du dollar face à la monnaie nationale. «Les concessionnaires ont préféré, au début, maintenir le même niveau de prix, mais face à la hausse continue des monnaies américaine et européenne, ils ont fini par réviser leurs offres commerciales. Ce qui a conduit à une forte et brutale augmentation des prix des véhicules», à en croire un représentant commercial d’un concessionnaire.

La hausse des devises non proportionnelle à l’augmentation des prix
L’Association de protection et d’orientation du consommateur et de son environnement (Apoce) considère, elle, que la hausse des devises n’est pas proportionnelle à l’augmentation enregistrée des prix. Bon nombre de citoyens se sont rapprochés du stand de cette association pour se plaindre de la flambée des prix, affichant leur «déception» quant à l’éloignement de leur pouvoir d’achat d’un véhicule neuf par rapport aux prix proposés, fait savoir à l’APS son président, Mustapha Zebdi. Le recul du marché de l’automobile, explique-t-il, devrait se poursuivre sur les prochaines années «car les priorités des consommateurs ont changé», faisant allusion aux programmes de logements. Selon lui, les grosses ventes enregistrées durant ces dernières années ne se reproduiront plus, celles-là étant essentiellement liées aux rappels des salaires et au retard accumulé à rattraper sur le marché de l’automobile. Lors de ce salon, les voitures ont, toutefois, connu une nette amélioration des normes en matière d’équipement de sécurité, mais la plupart des marques présentes ont exposé peu de nouveautés hormis les nouvelles versions restylées. Sur le plan technologique, le salon est «passé à côté» des dernières innovations du monde de l’automobile notamment en matière de nouvelles technologies d’information et de communication, contrairement aux autres salons de renommée internationale qui ouvrent leurs portes aux constructeurs pour présenter leurs nouveautés telle que «la voiture connectée» qui permet au conducteur de communiquer sans fil avec d’autres véhicules et avec les systèmes de gestion du trafic. Par ailleurs, les véhicules écologiques ont été, quelque peu, occultés durant cette exposition. Mis à part quelques modèles de véhicules roulant au GPL, les véhicules hybrides (essence/électrique, diesel/électrique), électriques ou celles roulant à l’hydrogène et au biocarburant étaient absents. Outre l’absence des marques non représentées en Algérie, le salon connaît une présence timide des accessoiristes et équipementiers (sociétés des pneumatiques, des pièces détachées, des fournitures et des équipements de garage…). Autre fait à relever, l’Apoce a reçu, lors de ce salon, plus d’une centaine de réclamations des visiteurs relatives notamment aux prix, aux délais de livraison, aux clauses du contrat de garantie et aux pratiques de certains concessionnaires qui exigent un acompte dépassant 10% du prix du véhicule contrairement aux dispositions du dernier décret régissant leur activité. Cependant, le nombre de réclamations a baissé considérablement par rapport à la précédente édition, selon M. Zebdi, ce qui dénote de l’amélioration de la performance des concessionnaires, particulièrement en terme de relation-client, a-t-il souligné.

Related posts

Abbaza Yahia, P/APC de Ghardaïa : «les gens ont compris qu’il y a manipulation»

courrier

ZEGHDAR ABORDE L’INVESTISSEMENT DANS LE SECTEUR DE L’AUTOMOBILE : « La nouvelle loi captera les grandes écuries »

courrier

POUR LE SUCCES DES PROCHAINS RENDEZ-VOUS EN ALGERIE : La presse nationale appelée à l’offensive

courrier

Hadj 2019 : Un deuxième tirage au sort envisageable

courrier

ALORS QU’ILS SONT SUR LE POINT D’ENTAMER LES COMPOSITIONS DU SECOND TRIMESTRE : Des élèves toujours privés de leurs bulletins de notes

courrier

Charte d’éthique, logements de fonction, concours de recrutements : Benghebrit s’explique

courrier

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.