tramp2

RISQUE SANITAIRE APRÈS LE RUSH DES VOYAGEURS SUR LE TRAMWAY D’ALGER : La SETRAM promet d’y remédier

Des rames bondées, des passagers collés les uns aux autres, il est difficile de se frayer un chemin : c’est le constat du premier jour de reprise du service du Tramway d’Alger, dont les images largement répandues, mercredi dernier, sur les réseaux sociaux, ont suscité une vague d’indignation.

En plein contexte de crise sanitaire, ainsi dans les rames saturées, il est impossible pour les usagers de respecter les mesures de distanciation physique et les gestes barrières, et ce malgré les consignes sanitaires mises en place. Pour rassurer les voyageurs, la SETRAM, la société d’exploitation du service de tramway, a mis le paquet et les moyens sanitaires y afférents pour assurer une meilleure hygiène possible dans ses véhicules et éviter la sur-occupation des rames, nous ont confié hier plusieurs responsables de cette société, qui ont requis l’anonymat. À la station de Ruisseau, l’heure a été plutôt au soulagement dans la journée d’hier, avons-nous constaté sur place. Pas de rush dans cette journée de week-end : l’affluence y est faible dans ce troisième jour de reprise, alors que des usagers redoutent de revoir le même scénario du premier jour, avec le début de la semaine. Beaucoup d’agent de SETRAM et des équipes de désinfection de la société spécialisée H3D sont mobilisés pour encadrer le réseau et faire respecter les gestes barrières et les règles de distanciation physique. Les images de rames remplies de voyageurs du mercredi dernier ont suscité des inquiétudes et interrogations sur la possibilité de respecter les mesures de distanciation afin de contrer la circulation du Covid-19. « Il y a du monde tout le temps.
On est très serré et au bord de l’étouffement en raison de manque d’aération. Il est impossible de respecter la distance. Je pense que le problème réside dans la durée d’attente qui a passé de trois minutes ou cinq minutes avant le confinement à un intervalle beaucoup plus long », témoigne un usager, qui en a fait l’expérience mercredi dernier. « Il faut que des agents sensibilisent les usagers à bord des rames sur le respect des marquages sur le sol », confirme un autre usager du tram. Si les images des trams bondés de mercredi dernier ont fait l’actualité, des responsables à la SETRAM nous ont assuré qu’il n’y aura pas de saturation de rames dans le futur. Les séquences des rames bondées qui ont circulé sur le net durant la journée de mercredi dernier ont été un petit peu exagérées, le jour même dans l’après-midi, l’afflux des passagers est redevenu plus faible, insiste-t-on auprès de la SETRAM.
« Il n’y a pas de problèmes de saturation de rames. Pour mercredi dernier, les rames ont été réduites de fait qu’on était toujours sur les essais techniques. Redémarrer tout le trafic dès le premier jour est impossible. Cela se fait petit à petit et de manière progressive afin d’éviter l’afflux de usagers », estime la même source. Qui ajoute : « Nous avons une stratégie pour s’adapter aux grandes affluences des passagers. Si au bout d’un moment, il y a plus de voyageurs que la capacité des rames, on augmentera et injectera plus de rames ».
Sur la question de retard de reprise de service du tramway, prévue le mardi dernier, mais reportée au lendemain, le même responsable indique la note de reprise est « arrivée en retard » par les autorités compétentes et qu’il était presque impossible de redémarrer la circulation dans le même jour. La SETRAM assure également que toutes les rames sont nettoyées et désinfectées très souvent pour une meilleure protection des voyageurs.
Hamid Mecheri