REVISION DE LA LOI SUR L’URBANISME ET LE DECRET SUR LA FORMULE LPP : Les dossiers sont «prêts», annonce Temmar

Le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Abdelwahid Temmar a déclaré hier, dans un entretien accordé, à Lkeria,site spécialisé dans
l’ immobilier que prochainement, il va y avoir révision de la loi sur l’urbanisme, précisément, les lois 90-29 relative à l’aménagement et l’urbanisme, 06-06 sur l’orientation de la ville et la loi 08-15 fixant les règles de mise en conformité des constructions , a-t-il cité.

Assurant que  le projet de la nouvelle loi prendra en compte la dimension écologique vue que l’Algérie a ratifié les conventions internationales en relation avec l’habitat durable, il a indiqué que la rédaction de la nouvelle loi «est finalisée et nous entamons la phase de concertation avec les différentes parties prenantes » a-t-il précisé, ajoutant dans le sillage de cet avant-projet de loi, qu’il sera également question «  du renforcement du contrôle en matière d’urbanisme. » Par ailleurs, sur les programmes de réalisation et distribution de logements, le ministre dira, que « Les 90 000 logements AADL inscrits dans la loi de finances 2019 seront obligatoirement lancés en 2019 » a-t-il affirmé. Plus loin dans ses réponses, concernant l’inscription à la formule LLP, qui sera « ouverte bientôt, mais ce n’est pas la prochaine étape du processus » le ministre de l’Habitat a tenu à souligner, que « nous ne voulons pas reproduire les erreurs des précédentes formules » et d’ajouter que le premier objectif visé par son département « est de faire connaître cette nouvelle formule aux walis et aux directeurs du logement » a-t-il indiqué. Et pour ce faire, il a fait savoir qu’une note explicative « est en cours de validation avant sa transmission à l’ensemble des wilayas » avant d’ajouter que « ça ne sert à rien de lancer une formule à la hâte » sans expliquer l’objectif, a-t-il poursuivi « et les mécanismes aux premiers concernés » citant les responsables locaux. Le décret relatif à cette nouvelle formule est prêt. Par ailleurs, le même responsable a indiqué que son secteur a « pensé à la commande privée qui échappe aujourd’hui au contrôle et au suivi » et qu’en concertation avec l’ordre des architectes, a-t-il précisé «bientôt tout privé aura l’obligation de passer par l’architecte ; de l’élaboration des plans jusqu’à la livraison du certificat de conformité » a-t-il indiqué. Poursuivant, il ajoutera, à ce propos,  que «c’est d’une part un gage de sécurité pour des milliers de constructions où le CTC pourra être associé si la nature du projet l’exige et ça constituera, d’autre part un plan de charge important pour nos architectes » a déclaré le ministre de l’Habitat.

Lilia Sahed