Berkani Bekkat

RÉOUVERTURE DES FRONTIÈRES ET PROTOCOLE SANITAIRE POUR LES ÉLECTIONS LÉGISLATIVES : Les assurances du Dr Bekkat Berkani

Intervenant hier sur les ondes de la Radio algérienne Chaîne 3, Dr Mohamed Bekkat Berkani, président du Conseil national de l’Ordre des Médecins a abordé les questions d’actualité, notamment ce qui concerne la réouverture des frontières aériennes et terrestres, ainsi que le respect du protocole sanitaire lors de la campagne électorale et pendant le jour du scrutin du 12 juin prochain.

Dans ce cadre, l’ex-membre du Comité scientifique du suivi de l’évolution de la pandémie du coronavirus, Dr Berkani a affirmé que « la réouverture des frontières doit être conditionnée par des mesures sanitaires strictes », indiquant que «le comité scientifique a établi des règles sanitaires très précises et fiables d’accès à notre territoire afin d’éviter la propagation du coronavirus, notamment les tests PCR et antigéniques pour chaque voyageur à l’arrivée. En cas de positivité, un confinement concernant la personne est obligatoire », a-t-il expliqué, ajoutant que ce sont des normes sanitaires appliquées à l’international. L’invité de la Chaîne 3 rappelle qu’historiquement l’Algérie a été l’un des premiers pays à faire venir ses ressortissants, même de la Chine, notamment de la ville de Wuhan, alors épicentre de la pandémie début de l’année 2020. « Au début de l’année dernière, on a rapatrié, gratuitement, des dizaines de milliers de nos ressortissants », rappelle-t-il à ce titre. Du coup, il ajouta que la fermeture des frontières « nous a protégé de toutes les vagues du virus et les milliers de mort », précisant qu’aujourd’hui et avec la meilleure connaissance de la maladie, et les tests PCR qui sont à notre portée, cette réouverture est possible qu’elle soit progressive ou de masse mais en respectant les mesures préventives ». « Nous devons apprendre à vivre avec le virus, soit avec l’immunité collective, à travers la vaccination, ou l’immunité corporelle par les gestes barrières ». Espérant, dans le même registre, que la cadence de la campagne de vaccination, qui est devenue une « guerre mondiale », s’accélère. Quant à la situation sanitaire, Dr Bekkat l’a qualifiée d’« appréciable », dans la mesure de la stabilisation des cas, ce qui est, selon lui, « le temps de réfléchir sur la décision d’ouvrir progressivement les frontières, avec obligation du respect des mesures barrières dans les espaces de transits, évitant les regroupements, car nous sommes en période d’alerte sanitaire » insiste-t-il, réitérant: « les compagnies aériennes et maritimes ont la responsabilité de veiller à la sécurité sanitaire de tous les voyageurs dans les espaces de transit ou dans les aéronefs », tout en précisant que « la vie normale doit reprendre progressivement sous conditions».

Appel à une bonne réforme du système de Santé
Selon l’hôte de la chaîne3, la réorganisation de la santé et la réforme du système sanitaire est une obligation suprême qui doit être parmi les intérêts politiques du pays. Précisant que cette réforme ne peut se réaliser sans l’implication des acteurs du domaine à travers un dialogue inclusif, saluant, dans ce volet, les décisions du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, à ce propos. « Il faut engager des réformes fondamentales dans le fond dans le secteur de la Santé, essayant de trouver des solutions socioprofessionnels, en évoluant des formations des médecins ». Aussi Bekkat a plaidé pour remettre à plat le système de la sécurité sociale.

Élections législatives : un protocole sanitaire mis en place
Par ailleurs, et en tant que membre de l’Autorité nationale indépendante des élections, le Dr Berkani a affirmé qu’un protocole sanitaire spécial élections a été mis en place pour mieux encadrer et gérer l’opération ainsi pour empêcher la propagation du virus. « J’ai remis, avec d’autres collègues au président de l’autorité, Mohamed Charfi, un protocole sanitaire qui a été déjà appliqué lors du précédent referendum sur la Constitution ». Signalant en revanche que la difficulté qui se pose en ce scrutin est le nombre de personnes qui seront présent dans les bureaux de vote, sachant qu’il y a plusieurs candidats qui exigent des observateurs, il suffit, cependant recommande-t-il,
« de respecter toutes les recommandations ce jour-là, notamment la distanciation, le port du masque, et l’utilisation du gel hydro-acholique ». Également, il dira que ce même protocole devrait être respecté lors de la campagne électorale dont le coup d’envoi sera lancé jeudi prochain.
Sarah Oubraham