scolairesp3

Rentrée scolaire 2021/2022 : Hausse importante des prix des fournitures scolaires

À la veille de la reprise des cours, ce mardi, l’achat des fournitures scolaires n’a pas été une mince affaire pour les parents d’élèves, qui ont été confronté à une hausse importante des prix, dans les magasins comme dans les étalages du marché noir. Le panier moyen des fournitures scolaires a coûté cette année, plus cher que l’an dernier, à plus de 40%, selon l’association des parents d’élèves. La facture pèsera lourd sur le porte-monnaie des ménages ayant plus d’un enfant à charge. Une double peine pour les parents dont le pouvoir d’achat est déjà fortement fragilisé par l’augmentation significative des prix des produits, notamment de première nécessité et l’impact de la pandémie de la Covid-19 sur la vie socio-économique. Nombreuses sont les familles qui vont devoir débourser en ces dernières heures avant la rentrée scolaire prévue ce mardi, pour assurer les fournitures scolaires avant les frais qui s’ajouteront au lendemain de la reprise des cours. Un parent nous dira que « le coût des affaires scolaires d’un de mes enfants scolarisé au primaire m’a coûté 10.000 dinars  et j’en ai encore deux autres, un au moyen et l’’autre au lycée», et de nous lancer tout court « c’est très difficile d’assurer ». Face à ce nouveau coup dur, l’association des parents d’élèves a haussé le ton, les dernières semaines avant le jour J du début de la nouvelle année scolaire, appelant les autorités à intervenir, pour davantage de contrôle sur les prix, sans cacher son étonnement de voir « une augmentation de 40% sur les fournitures scolaires », indiquant que « c’est inadmissible » s’est insurgée Hakima Lettaf, membre de l’association nationale des parents d’élèves (ANPE). Selon elle, au-delà de la cherté excessive de ces articles, cette situation, risque d’entraîner un autre malaise chez les élèves, et ce explique-t-elle « par le fossé des inégalités sociales déjà existant et qui se creuse davantage entre les élèves issus de milieux aisés et ceux étant moins bien nantis » s’inquiète-t-elle. Des familles , nous raconte une mère rencontrée non loin d’un magasin de fournitures scolaires, que certains parents en raison de la flambée sans précédent des prix ont « opté pour la réutilisation de fournitures scolaires encore en état », tels les livres, les trousses, les règles et même des crayons. Une façon de rationaliser les dépenses pour certains et d’autres dans l’incapacité d’assurer du neuf pour leurs enfants scolarisés. Le travail accompli par la mobilisation de citoyens et d’associations pour venir en aide aux familles nécessiteuses, par des colis d’affaires scolaires, a permis à celle-ci de pouvoir assurer à leurs enfants scolarisés de rejoindre les bancs de l’école, non sans soucis, avant le jour J. A.Mounir