Makri

RÉAPPARU DANS LE SILLAGE DU HIRAK : Makri attaque les «nouveaux débarqués politiques»

Au soir du 34e vendredi du Mouvement populaire et citoyen, entamé le 22 février 2019, pour réclamer le changement, le départ du système et l’édification d’un État de droit, le président du MSP, Abderrezak Makri, a accouché d’un message sur son compte Facebook pour s’opposer à ceux qu’il qualifie de «nouveaux débarqués de la scène politique» apparus dans le sillage de la révolution populaire du 22 février. Dans ce cadre, Makri a visé les personnes «sans citer de noms» qui sont apparues récemment dans la scène politique, et cela après le déclenchement du mouvement populaire. Il les a qualifiés ainsi de «nouveaux débarqués politiques» qui essayent, selon lui, de prendre place et remplacer les anciens partisans politiques qui occupaient cette scène. En indiquant que «certains nouveaux débarqués sur la scène politique après le 22 février ne regardent pas le Hirak populaire comme une opportunité pour la démocratie», écrit-il en essayant de faire comprendre qu’il s’agit bien d’«opportunistes» qui n’ont pas milité avant et qu’aujourd’hui, grâce au Hirak, ils veulent devenir des leaders.
Makri qui a choisi de ne pas rentrer dans la course des présidentielles a accusé ceux qu’il appelle «nouveaux débarqués politiques » de vouloir vider la scène politique des anciens partis en les excluant de ce champ. «Ces derniers ont cru que le Hirak viderait la scène politique de sa composante, qu’ils en deviennent, sans passé militant, les acteurs principaux, selon la logique du gain facile», ajoute Makri, qui a appelé à la démocratie en suggérant à donner «la chance à la démocratie et tout le monde y gagnera», conclut-il son message.
Sarah Oubraham