Hopital

Projet de l’hôpital des 240 lits de Boumerdès : Vers la résiliation du contrat de l’entreprise réalisatrice

Une mise en garde a été émise en direction de l’entreprise italienne en charge de la réalisation du projet de l’hôpital de 240 lits du chef-lieu de wilaya portant sur la possibilité de résiliation de son contrat en raison de son absence du chantier du projet pour une durée de plus de six mois, a-t-on appris auprès de la Direction de la santé de la wilaya, maître d’ouvrage du projet. Intervenant lors de la session ordinaire de l’APW, consacrée à l’examen de nombreux dossiers, dont celui de la santé, le responsable de cette direction, Fateh Haddad, a indiqué que ses services sont «sur le point de résilier leur contrat avec l’entreprise italienne, dans la perspective de confier le chantier de ce projet à une autre entreprise». Il a assuré que cette décision de résiliation «sera effective» dans le cas où cette entreprise ne se soumette pas aux clauses du cahier des charges du projet, et ne fera pas écho aux mises en garde qui lui ont été adressées afin de poursuivre les travaux «dans les plus brefs délais» de ce projet qui accuse un grand retard, a-t-il dit. Le responsable a souligné, à cet effet, les efforts consentis par ses services pour répondre à toutes les doléances de cette entreprise, concernant, notamment la réévaluation du coût du projet, qui a connu, a-t-il dit, une hausse de 1,04 milliard de dinars, au moment où celle-ci (entreprise) a reçu toutes ses redevances financières contre la réalisation de pas plus de 7% des travaux dudit projet, a-t-il déploré. Selon M. Haddad, l’entreprise italienne en question a justifié son absence du chantier du projet par «l’impossibilité de poursuivre ses travaux au plan financier», en invoquant «une révision de son statut et une proposition de poursuite de ces travaux par une autre entreprise». Un fait rejeté par la direction de la santé, car «en contradiction avec la loi sur les marchés publics», a-t-il souligné. «Plusieurs facteurs ont concouru au retard accusé par ce projet», selon un rapport sur le secteur de la santé, présenté à l’occasion par la commission de la santé, d’hygiène et de protection de l’environnement de l’APW, qui cite, notamment son inscription en 2006, au titre du quinquennal 2005-2009, au moment où l’avis d’appel le concernant n’a été lancé qu’en 2011. Sachant que l’entreprise portugaise, initialement sélectionnée pour sa réalisation, s’est désisté deux ans après (2013) pour cause de refus de réévaluation du coût du projet. Le rapport s’est interrogé sur la cause du retard mis ((soit deux ans) pour annoncer ce désistement, avant la désignation de cette entreprise italienne.