Processus d’adhésion de l’Algérie à l’OMC : Washington réitère son soutien à Alger

Dans son périlleux processus d’adhésion à l’OMC, l’Algérie s’est adjugée le soutien des Etats-Unis d’Amérique. Un membre aussi important qu’influent au sein de l’OMC.

Les états-Unis ont réitéré leur engagement à accompagner l’Algérie dans son processus d’accession à l’OMC en promettant de lui apporter appui et assistance lors du 13ème round des négociations avec cette organisation, a indiqué à l’APS le secrétaire général du ministère du Commerce, Noureddine Zaït. «On a eu un engagement de la partie américaine à nous appuyer et à nous assister dans ce processus», a déclaré le SG du ministère du Commerce à l’issue de la 4ème session des discussions algéro-américaines sur l’Accord-cadre sur le commerce et l’investissement (Tifa) tenues à Washington. Il a également fait savoir que l’Algérie avait reçu plus d’une centaine de questions de la part des Etats-Unis dans le cadre des négociations sur l’accord commercial bilatéral lié au processus d’accession à l’OMC, ajoutant que les réponses à ces questions ont été finalisées. Cet accord bilatéral devrait donner un coup de pouce à l’Algérie pour accéder à cette organisation mondiale.
Dans le cadre de ces négociations, la partie américaine a abordé la mesure prise par l’Algérie portant sur l’interdiction d’importation des médicaments dont l’équivalent est produit dans le pays, en considérant que cette mesure représente «des restrictions allant à l’encontre du principe de libre-échange».
Ce à quoi la partie algérienne a apporté des clarifications en expliquant que ce dispositif vise à protéger l’industrie pharmaceutique naissante dans le pays, a ajouté Noureddine Zaït. Les deux parties ont convenu, par ailleurs, de poursuivre les discussions sur l’ouverture d’une ligne aérienne Alger-New York. Cette 4ème session du dialogue commercial a été tenue, du côté algérien, par des représentants des ministères, respectivement, du Commerce, de l’Industrie et des Mines, de l’Énergie, de l’Agriculture et des Transports, et, du côté américain, par le sous-secrétaire d’État adjoint pour le Maghreb et l’Egypte, John Desrocher, et l’assistant du représentant américain au Commerce (USTR). Les représentants des offices américains de l’aviation civile, du commerce bilatéral, des marques et des brevets et de l’énergie ont également pris part à ces discussions qui ont aussi enregistré la participation des représentants des départements américains du Commerce, de l’Énergie et de l’Agriculture.

L’Algérie rééligible au SGP américain
L’Algérie est, à nouveau, éligible au Système généralisé de préférence américain (SGP), un dispositif facilitant aux pays bénéficiaires l’accès de leurs produits au marché américain en franchise de droits de douane.
La partie américaine «nous a réaffirmé que l’Algérie est éligible au système généralisé de préférence et souhaite qu’elle fasse davantage usage de ce dispositif», a indiqué à l’APS l’ambassadeur d’Algérie à Washington, Madjid Bouguerra, à l’issue de la 4ème session des discussions algéro-américaines relatives à l’Accord-cadre sur le commerce et l’investissement (Tifa). Il a indiqué que les deux parties avaient convenu d’organiser à Alger une journée d’information pour vulgariser ce dispositif auprès des exportateurs algériens. Ce régime préférentiel, dont avait bénéficié l’Algérie pour la première fois en 2004, concerne les produits manufacturés, les produits semi-finis, certains produits agricoles et de la pêche ainsi que certains produits de l’artisanat. Sur les 3.500 produits pouvant être admis aux Etats-Unis sous ce système tarifaire avantageux, «très peu a été placé sur ce marché», selon la même source. En 2015, l’Algérie a exporté vers les Etats-Unis dans le cadre du SGP pour 1,6 million de dollars seulement (0,1% du montant global des exportations), selon les chiffres fournis par Madjid Bouguerra.
H. N. A. /APS