Urgences

Onze personnes victimes d’intoxication alimentaire à El Kala

Pas moins de onze (11) personnes, dont quatre (4) enfants, résidant dans la commune d’El Kala (El Tarf) ont été victimes d’une intoxication alimentaire, dans la nuit de jeudi à vendredi, a-t-on appris samedi auprès du directeur local de la santé et de la population (DSP).
Pris de vomissements et de douleurs abdominales notamment, après avoir consommé des sandwichs (chawarma), onze citoyens se sont rendus aux urgences de la polyclinique de cette même commune où ils ont été hospitalisés et bénéficié des soins nécessaires, a précisé Hadj Abderrahmane Bada, affirmant que certains d’entre eux ont déjà regagné leur domicile. Selon le DSP, une enquête a été ouverte pour déterminer les causes exactes de cette intoxication alimentaire, ajoutant que le restaurant incriminé a été  »temporairement » fermé en attendant le résultat des prélèvements des produits alimentaires suspectés, actuellement en cours d’analyse.

Facebook suspend les comptes de Trump pour deux ans
Facebook a annoncé vendredi avoir suspendu les comptes de l’ancien président américain Donald Trump pour deux ans, la peine maximale prévue par un nouvel ensemble de règles sur la suspension de personnalités publiques. Ces comptes avaient d’abord été fermés sine die le 7 janvier dernier. « Nous annonçons aujourd’hui de nouveaux protocoles d’exécution à appliquer dans des cas exceptionnels comme celui-ci et nous confirmons la sanction limitée dans le temps conforme à ces protocoles que nous appliquons aux comptes de M. Trump », a expliqué Nick Clegg, vice-président des affaires mondiales de Facebook, dans un communiqué. « Nous pensons que ses actions ont constitué une violation grave de nos règles qui mérite la sanction la plus élevée disponible dans le cadre des nouveaux protocoles d’application. Nous suspendons ses comptes pour deux ans, à compter de la date de la suspension initiale, le 7 janvier de cette année », a-t-il ajouté. Facebook a précisé qu’il réévaluerait cette suspension pour décider d’y mettre fin ou de la prolonger. Selon M. Clegg, l’entreprise se tournera vers des experts pour évaluer si le risque pour la sécurité publique a diminué à la fin de cette suspension de deux ans. « Si nous déterminons qu’il existe toujours un risque sérieux pour la sécurité publique, nous prolongerons la restriction pour une période déterminée et continuerons à réévaluer jusqu’à ce que ce risque ait disparu », a-t-il dit. « Lorsque la suspension sera finalement levée, un ensemble de sanctions strictes et rapidement croissantes sera déclenché si M. Trump commet d’autres violations à l’avenir, pouvant aller jusqu’à la suppression permanente de ses pages et de ses comptes », a-t-il noté, reconnaissant par avance que toute sanction que la société appliquera – ou choisira de ne pas appliquer – sera controversée. En vertu de cette nouvelle réglementation sur les sanctions renforcées pour les personnalités publiques en période de troubles civils et de violences, tout contrevenant peut se voir interdire de créer du contenu pendant une période allant d’un mois à deux ans. Les violations après les restrictions initiales feront l’objet de sanctions renforcées pouvant aller jusqu’à la suppression définitive. Le Conseil de surveillance de Facebook (FOB) avait voté en mai contre le rétablissement des comptes Facebook et Instagram de Donald Trump, tout en jugeant qu’il n’était pas approprié pour Facebook d’imposer une suspension « indéfinie ».
Il lui a donc demandé de réexaminer l’affaire et de soit rétablir ces comptes, soit en rendre l’interdiction permanente ou soit de définir une suspension pour une période déterminée. Selon les médias, le FOB regroupe une vingtaine d’anciens dirigeants politiques, militants des droits de l’homme et journalistes choisis par Facebook pour délibérer sur les décisions de la société en matière de contenu.

Tête-à-tête entre Biden et le patron de l’OTAN
Le président américain Joe Biden rencontrera, demain, le secrétaire général de l’OTAN Jens Stoltenberg à la Maison Blanche pour des discussions, entre autres, de la manière de « renforcer la sécurité transatlantique, face aux défis de la Russie et de la Chine », a déclaré la Maison Blanche. Le président américain et le premier responsable militaire de l’OTAN discuteront selon la même source « de l’adaptation de l’OTAN pour faire face à des menaces » telles que les cyberattaques et le changement climatique, « tout en continuant à assurer un partage plus équitable des responsabilités entre les alliés », a déclaré à la presse la secrétaire de presse Jen Psaki. La réunion, qui se tiendra demain intervient avant le prochain sommet de l’OTAN, prévu, 14 juin à Bruxelles, lequel se tiendra dans un contexte de tensions sans précédent entre l’Occident et la Russie, sur fond du recul du rôle des membres de l’Otan sur la scène mondiale, avec l’émergence et l’affirmation de nouveaux acteurs concurrents, ces dernières années, pour ne citer que la Chine et la Russie.

Neuf blessés dans un accident de la route à Aïn Defla
Pas moins de neuf (9) personnes ont été blessées à Aïn Defla dans un accident de la circulation survenu vendredi soir sur la route nationale (RN) n 4, a-t-on appris auprès de la direction locale de la Protection civile. L’accident s’est produit au lieu-dit Arioua relevant de la commune de Hoceinia lorsqu’un mini-bus a percuté un véhicule utilitaire roulant en sens inverse, avant de chuter dans un ravin, causant des blessures plus ou moins graves à neuf passagers âgés entre 17 et 49 ans, a-t-on indiqué de même source. Aussitôt informées de l’accident, les unités de la Protection civile de Khémis Miliana, Boumadfaâ et Miliana sont intervenues, mobilisant 4 ambulances, 5 camions et 20 agents, a-t-on détaillé. Après avoir reçu les premiers soins sur le lieu de l’accident, les victimes ont été transférées vers le service des urgences de l’hôpital de Khémis Miliana, a-t-on fait savoir.

Turquie : les côtes envahies par la « morve de mer »
Une mousse visqueuse a envahi depuis plusieurs semaines les côtes du nord-ouest de la Turquie sous l’action combinée de la pollution et du réchauffement climatique, un phénomène qui préoccupe les défenseurs de l’environnement. Les mucilages, parfois surnommés « morve de mer », apparaissent lorsque des organismes végétaux vivant en suspension dans l’eau gonflent jusqu’à former une sorte de mucus jaunâtre qui recouvre de vastes pans de mer. Outre les désagréments pour les riverains et les pêcheurs, les mucilages posent surtout un danger pour l’écosystème en bloquant notamment la lumière du soleil et en privant la flore et la faune sous-marines d’oxygène. Les nappes de mucilages se sont multipliées ces dernières semaines dans la mer de Marmara, y compris à Istanbul, capitale économique de la Turquie. Ce phénomène naturel a été recensé en Turquie pour la première fois en 2007. Mais l’invasion actuelle est de loin la plus importante à ce jour. Selon les experts, elle est due à la pollution et au réchauffement des températures, qui favorisent la prolifération des substances végétales à leur origine. « Les mucilages recouvrent la surface de la mer comme un drap. Au bout d’un certain temps, celui-ci s’enfonce dans l’eau et recouvre l’écosystème » marin, empoisonnant mollusques et crustacés, explique à l’AFP Muharrem Balci, professeur de biologie à l’Université d’Istanbul. « Si ce processus n’est pas enrayé, une odeur d’oeuf pourri apparaîtra » bientôt, souligne-t-il.

Journée mondiale de l’enfant : la sûreté d’Alger organise une cérémonie au profit de plus de 300 enfants
Les services de la wilaya d’Alger ont organisé jeudi une cérémonie à l’occasion de la Journée mondiale de l’Enfance, au profit de plus de 300 enfants au niveau du centre de loisir familial de Bainem relevant de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) et ce, dans le strict respect des mesures de prévention contre la Covid-19. Selon un communiqué des mêmes services, cette célébration organisée en collaboration avec l’unité de la protection civile de la wilaya d’Alger et les différentes catégories de la société civile, a vu la présence des personnels de la Sûreté nationale venus avec leurs enfants outre des enfants issus des différentes associations et jardins d’enfants et des personnes aux besoins spécifiques. Plusieurs activités étaient au programme de cet évènement dont la présentation de consignes et d’orientation sur la sécurité routière, la prévention contre le coronavirus, l’expositions des équipements de protection contre les risques des accidents domestiques et bien d’autres, conclut le communiqué.