Photo entretien

MUSTAPHA CHAOUI, ANCIEN CADRE DANS LE SECTEUR, AU COURRIER D’ALGÉRIE : « Il y a un déficit en communication et en marketing touristiques»

Ancien cadre dirigeant dans le secteur du Tourisme, Mustapha Chaoui, a estimé, lors d’un entretien accordé au Courrier d’Algérie , en marge des 10es Journées internationales sur le marketing touristique, organisées les 16 et 17 janvier derniers à Alger, que la communication et le marketing pour le développement du tourisme doivent être un axe stratégique au niveau des entreprises qui prennent en charge le tourisme, regrettant ,d’autre part, que cette communication demeure insuffisante à l’heure actuelle dans notre pays.

Entretien réalisé par Mehdi Isikioune

-Le Courrier D’Algérie: L’Algérie a abrité les 16 et 17 janvier deniers, les 10es Journées internationales du marketing touristique,…comment voyez-vous le futur du marketing touristique en Algérie ?
-Mustapha Chaoui : Avant d’aborder ce sujet, je tiens à souligner qu’aujourd’hui, il y a un déficit en matière de communication et du marketing touristique en Algérie et il reste beaucoup à faire dans ce domaine. À cet effet, il est nécessaire d’adopter une stratégie « assez réaliste » pour la promotion du marketing en Algérie avec aussi l’intervention d’autres secteurs pour développer et propulser le secteur du tourisme.

-Selon vous, est-ce que la communication est susceptible d’influencer fortement sur le tourisme ?
-La communication et le marketing pour le développement du tourisme doivent être un axe stratégique, tant au niveau du ministère qu’au niveau des opérateurs touristiques et aussi au niveau des entreprises qui prennent en charge le tourisme…
Ces dernières doivent être considérées comme « une chose » indispensable pour le tourisme…. car la première nécessité c’est de communiquer.

-On constate, aujourd’hui, l’existence du « e-tourisme », le tourisme via des mobiles et le tourisme avec l’utilisation des réseaux sociaux… où en est-on dans ce domaine ?
-L’utilisation des technologies de la communication, d’une façon générale, reste insuffisante. Il faut bien que le personnel et même les gestionnaires des entreprises et les opérateurs s’impliquent davantage dans l’utilisation de ces nouvelles technologies pour l’activité touristique.

-Il est également regrettable que la formation en marketing touristique enregistre un déficit remarquable, qu’en pensez-vous ?
-L’élément humain est l’élément fondamental pour l’activité touristique. Cette ressource humaine doit être à la base de tout développement dans ce secteur. Il appartient donc à l’ensemble des responsables de faire en sorte que la formation de la ressource humaine soit une réalité.

-Donc, il apparaît également nécessaire de renforcer et de moderniser les services marketing au niveau des infrastructures touristiques, notamment les infrastructures hôtelières ?
-Oui, il faut nécessairement renforcer et moderniser ces services au niveau des infrastructures touristiques, notamment au niveau des hôtels. Ces derniers doivent aussi être rénovés et modernisés et doivent toutefois répondre aux normes internationales.
M. I.