hopital-ernesto-che-guevara-2234c

Mostaganem : un enfant sauvé d’une mort, un stylo ayant perforé son cœur

L’équipe médicale de l’établissement public hospitalier « Ernesto Che Guevara » de Mostaganem a réussi à sauver un enfant d’une mort certaine après l’introduction accidentelle d’un stylo dans son thorax qui a fini par s’incruster dans son cœur, a-t-on appris jeudi de la direction de cet hôpital. Le directeur de l’établissement sanitaire, Naïm El Mouloud, a indiqué dans une déclaration à l’APS, que l’hôpital a reçu mercredi soir, un enfant de 7 ans souffrant de douleurs au niveau du thorax après une chute qui a enfoncé un stylo se trouvant dans sa poche à gauche de sa poitrine. Le stylo a fini par se planter dans le ventricule gauche de son cœur. L’état de l’enfant admis à la salle d’opération de l’hôpital « Che Guevara » a nécessité une intervention délicate et urgente par une équipe médicale composée de quatre spécialistes en chirurgie générale, chirurgie thoracique, réanimation et cardiologie, a-t-il fait savoir. L’intervention chirurgicale a été couronnée de succès et l’enfant a été transféré au service de réanimation du même service pour un contrôle médical continu, selon la même source, qui a souligné que son état est stable à une certaine mesure. En raison d’une blessure au cœur et la nécessité de garder l’enfant opéré sous contrôle médical, notamment par un médecin spécialiste en réanimation pédiatrique, l’établissement public hospitalier n’en disposant que d’un seul, des démarches sont en cours pour le transférer à l’hôpital universitaire d’Oran, a ajouté El Mouloud. La situation du blessé nécessite un suivi permanent en H/24 au moins par quatre médecins spécialistes en réanimation pédiatrique, a-t-il expliqué.

Les vaccins chinois reconnus pour le passe-sanitaire sous conditions
Les personnes vaccinées contre le Covid-19 à l’étranger avec les vaccins chinois pourront désormais bénéficier du passe-sanitaire en France, à condition toutefois de recevoir une dose complémentaire d’un vaccin à ARN messager, selon un décret paru au Journal officiel. Ces personnes pourront recevoir leur pass sanitaire « sept jours après l’administration d’une dose complémentaire d’un vaccin à ARN messager », c’est-à-dire Pfizer ou Moderna, selon un décret paru mercredi au Journal officiel et dont se font écho jeudi les médias locaux. L’administration de la dose complémentaire devra être faite « au moins quatre semaines après la dernière injection réalisée à l’étranger », a précisé la Direction générale de la santé (DGS) dans une note destinée aux soignants. Pour pouvoir bénéficier de cette troisième dose, ces personnes « devront présenter la preuve papier ou numérique de leur vaccination complète ». Si elles n’ont eu qu’une seule dose de vaccin chinois, elles « devront recevoir deux doses de vaccin à ARNm afin de compléter leur schéma vaccinal et ainsi obtenir leur pass sanitaire en France », souligne la DGS.

Cuba autorise un vaccin local destiné aux patients remis du Covid
L’autorité cubaine de régulation des médicaments (Cecmed) a donné l’autorisation d’usage en urgence de son vaccin Soberana Plus, développé localement, pour les convalescents du Covid-19 âgés de 19 ans et plus. Ce vaccin sera administré, en une seule dose, aux patients remis de la maladie, « deux mois ou plus après leur rétablissement », a précisé le Cecmed dans un communiqué. La décision est prise car « il a été démontré que (ce vaccin) répond aux exigences de qualité, de sécurité et d’immunogénicité pour ce groupe de population », a-t-il ajouté, « avec des éléments bénéfiques en termes d’immunologie contre le risque potentiel de réinfection par les nouvelles variantes du virus, plus transmissibles ».Soberana Plus avait déjà été approuvé par le Cecmed comme troisième dose de renfort après deux premières doses de Soberana 2, autre vaccin cubain également autorisé sur l’île.

Décès de Djamel Benamara, une des dernières grandes voix radiophoniques
Le producteur d’émissions radiophoniques et célèbre animateur de « Franchise de nuit » sur la Chaîne 3 de la Radio nationale, Djamel Benamara est décédé jeudi à Bejaia, à l’âge de 69 ans, des suites d’une longue maladie, a-t-on appris auprès de ses proches. Diplômé en économie, Mohand Benamara de son vrai nom, trouvera très tôt sa voie dans l’univers de la radio, tutoyant le micro et mettant bénévolement ses talents d’animateur éclairé à la disposition de celles et ceux qui voulaient s’essayer au jeu des questions-réponses, « parler pour se sentir mieux », ou simplement, partager une tranche de vie. Voix apaisante au ton libre, célébrant tous les vendredis matins dans « Chassée croisé » le bon verbe, la Culture générale ainsi que le savoir et la connaissance utiles, Djamel Benamara aimait également se mettre à l’écoute des autres pour partager leurs coups de cœur, leurs coups de gueule, leurs joies, leurs tourments ou leurs souvenirs, dans « Franchise de nuit », une émission que tout le monde attendait et où la parole s’érige en véritable thérapie. Foudroyé par un accident vasculaire cérébral (AVC), le défunt qui était, par ailleurs, actif sur plusieurs fronts, Directeur de la Culture à la wilaya de Bejaia et maire de la commune de Boudjelil à Bejaia (élu pour deux mandats), s’est vu contraint de cesser ses élans d’altruisme et de générosité, s’astreignant aux soins durant plusieurs années.

La justice dit non à Bernard Henry Levy
La justice vient de débouter la plainte de Bernard-Henri Lévy qu’il a déposée pour diffamation contre un article qui évoque ses liens supposés avec le Qatar. Selon l’article qui a dévoilé une affaire de scandale de Bernard Henry Levy, le gouvernement qatari avait prévu d’émettre un ordre de paiement d’environ neuf millions d’euros à l’écrivain en 2011 et Les journalistes d’investigation de cet article « insistent avoir appuyé leurs recherches sur des documents en arabe qu’ils possèdent ». Il est précisé que Cet ordre de paiement a attiré l’attention des journalistes qui ont cherché à savoir la raison pour laquelle une telle somme aurait pu être versée à BHL. Ils évoquent notamment « le rôle joué par cet individu, en 2011, dans les évènements du printemps arabe sur fond d’intervention militaire de la France en Libye, décidée par le Président Nicolas Sarkozy, ainsi que de la chute de Mouammar Kadhafi. L’article rappelle également une rencontre entre le Premier ministre israélien et le va-en guerre contre les peuples et les Etats Nations, en l’occurrence, BHL, était également à l’époque « le porte-parole autoproclamé de la rébellion libyenne ». Les auteurs de l’article n’insistent pas sur le fait que Bernard-Henri Lévy a reçu cette somme, mais évoquent seulement « un document qui montre l’intention des responsables qataris de la lui verser » de l’argent, au mercenaire BHL et de ce fait , la plainte de ce dernier a été rejetée par la justice.

Contraire au droit international, le HCR dénonce le projet britannique sur le droit d’asile
L’agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR), a dénoncé le projet britannique de durcissement du droit d’asile comme contraire au droit international et créant un système « injuste et à double vitesse ».Ce projet de loi, en cours d’examen au Parlement, « pénalisera la plupart des réfugiés qui demandent l’asile dans le pays avec des sanctions abusives et injustifiées », a martelé dans un communiqué le HCR, dénonçant « un modèle qui viole les règles et pratiques internationales en matière de protection des réfugiés ».Porté par la ministre de l’Intérieur Priti Patel, le texte marque un durcissement promis dans le cadre du Brexit. La réforme vise à décourager l’immigration illégale et traite différemment les migrants selon qu’ils sont arrivés dans le pays légalement ou non. Elle prévoit notamment d’augmenter à quatre ans, contre six mois actuellement, la peine de prison encourue par ceux qui cherchent à entrer illégalement dans le pays, mais aussi de transférer la plupart de ces migrants vers un pays tiers, ne leur octroyant qu’un « statut temporaire (de réfugié) assorti de moins de droits » si cela s’avère impossible.