Moutons aid

MARCHÉS À BESTIAUX : La reprise dès dimanche prochain

Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Abdelhamid Hamdani, a affirmé ce mardi depuis Guelma que « les marchés à bestiaux à travers toutes les wilayas du pays rouvriront au début de la semaine prochaine ». Invité de la radio locale de Guelma, au deuxième jour de sa visite dans cette wilaya, le ministre a précisé que la réouverture de ces marchés, fermés à cause de l’épidémie du Covid-19, « permettra aux éleveurs de commercialiser leurs bétails et approvisionner le marché avant l’avènement du mois du ramadhan ». Hamdani a également souligné que cette réouverture, qui intervient après l’amélioration de la situation sanitaire, s’inscrit dans le cadre des mesures prises par son département pour assurer la disponibilité des produits alimentaires nécessaires pour le prochain mois de ramadhan, dont les viandes, en précisant que ces mesures sont de nature à « garantir la disponibilité des divers produits avec la qualité demandée et à des prix à la portée du consommateur ».
Hamdani a relevé que l’Algérie, par sa décision d’arrêter l’importation des viandes rouges fraiches et congelées, a remporté une bataille au profit de l’économie nationale, des éleveurs et des producteurs qui devront, à leur tour, relever le défi d’assurer la disponibilité des produits. « Avec les potentialités nationales qu’elle possède dans le domaine de la production des viandes, l’Algérie n’est aucunement obligée de recourir à l’importation », a ajouté le ministre. Hamdani a évoqué en outre le problème des aliments de bétail, notamment le son qui connait actuellement une pénurie et un renchérissement de ses prix dans plusieurs wilayas, dont Guelma, considérant que cela était « conjoncturel » et lié à la flambée actuelle des prix de beaucoup de produits sur le marché mondial. Le premier responsable du secteur agricole a fait état, à ce propos, d’une série de mesures décidées par son département pour atténuer cette crise assurant qu’il était inadmissible de laisser les éleveurs « otages » de ce problème ou « contraints d’acquérir ces produits à des prix inacceptables atteignant jusqu’à 4 000DA ». Le ministre, qui a présidé lundi au premier jour de sa visite, une rencontre avec les cadres de son secteur, les agriculteurs et les producteurs, a annoncé plusieurs décisions tendant à développer le secteur agricole dont l’autorisation des producteurs de la tomate industrielle ne possédant pas des actes de propriété des terres exploitées à poursuivre leur activité dans la filière en obtenant seulement des procès-verbaux établis par les responsables du secteur agricole.
Auparavant, le ministre a visité plusieurs fermes et exploitations agricoles publiques et privées et a inspecté un projet de stockage de céréales dans la commune de Belkheïr.
H. M.