Tarek

LUTTE CONTRE LA CORRUPTION ET LE BLANCHIMENT D’ARGENT : De nouveaux projets de loi sur le bureau de Benabderrahmane

Le président de l’Organe national de prévention et de lutte contre la corruption (ONPLC), Tarek Kour a annoncé, hier, l’installation prochaine du réseau national de la transparence.

Il s’agit d’un espace de sensibilisation regroupant la société civile et ses différents acteurs pour la dénonciation de la corruption. Invité hier au forum de la Radio algérienne, le président de l’ONPLC a déclaré qu’il y a une volonté politique pour la lutte contre la corruption, concrétisée dans la Constitution du 1er novembre 2020, à travers l’engagement de l’Algérie à collaborer avec les pays étrangers dans ce domaine. Pour preuve, la signature de plusieurs accords et conventions de lutte contre la corruption. Ajoutant que la Constitution de 2020 a donné à l’ONPLC sa place en lui déterminant ses taches de superviseur après que sa mission était consultative. Également Tarek Kour a dévoilé la mise en place bientôt d’une plateforme nationale pour l’autorisation des fonctionnaires publics, qui renforcera la transparence dans la vie, ajoutant cette plateforme numérique est chargée à déclarer les biens des travailleurs et permet à l’autorité supérieure de l’Etat à recevoir les proclamations de la part des citoyens et fonctionnaires pour les traiter en coordination avec les différents secteurs et administrations à l’instar du ministère du Commerce et ces directions…, soulignant dans ce cadre que le cadre juridique est prêt et qu’il ne reste que sa publication dans le Journal officiel. Dans le même registre, Tarek Kour a fait savoir que son autorité reçoit quotidiennement les pétitions et les réclamations des citoyens qu’elles étudie et les transfère soit à la justice ou à d’autres parties concernées comme les organismes nationaux des droits de l’Homme, précisant que la majorité des protestations sont administratives. Appelant sur ce à l’élaboration d’une loi pour protéger les dénonciateurs dans les lieux de travail. Quant à la stratégie nationale de la transparence, de prévention et la lutte contre la corruption, le hôte de la Radio nationale, a relevé que l’ONPLC préparait depuis 2019 cette stratégie en organisant des rencontres consultatives nationales et internationales avec les syndicats, le patronat, la société civile, et avec des experts étrangers la Corie du sud ; la banque internationale, la banque pour la lutte contre la criminalité… également Kour a indiqué avoir lancé des sondages pour les citoyens à travers les trois opérateurs téléphoniques. Par ailleurs, le même responsable a abordé les investissements étrangers et les obstacles qui bloquent les opérateurs à créer de la richesse en Algérie, affirmant l’importance de trouver un climat d’investissement à travers la mise en place des systèmes de lutte contre la corruption dans les administrations, en concrétisant la transparence et la numérisation. Soulignant l’engagement de l’autorité à travailler en coordination avec les institutions de l’Etat à concrétiser la transparence et la sagesse dans la gestion des affaires pour la promotion du pays et attirer les investisseurs internationaux afin de créer de la richesse. Enfin, Tarek Kour dira que son autorité a proposé un projet de loi pour la mise en place d’un réseau national pour la lutte contre le terrorisme et le blanchiment d’argent, et un autre concernant la promotion du fonctionnaire public il dira qu’ils sont sur le bureau du Premier ministre, Aymène Benabderrahmane, pour examen.
Sarah Oubraham