L’INCONSCIENCE AU VOLANT ET LA NÉGLIGENCE DES MESURES DE SÉCURITÉ EN SONT LES DEUX FACTEURS DE CAUSE : Six morts sur les routes et trois décès par asphyxie au CO

Le premier week-end de 2019, fut particulièrement meurtrier sur nos routes, comme  l’atteste le bilan de la Protection Civile, parvenu hier, à notre rédaction. Le document fait état de perte de vies humaines, à cause du terrorisme des routes qui persiste à  sévir en dépit des mesures prises, à ce jour, pour son éradication, mais aussi, déplorent les services de la PC,  des victimes, à cause des fuites  du  monoxyde de carbone, enregistrées en deux  jours,  en cette première semaine de la nouvelle année.

Hélas et malgré les efforts déployés sur le  terrain et les campagnes de sensibilisation, depuis jeudi dernier, jusqu’à la matinée d’hier, le bilan de la Protection civile fait état malheureusement  de 6 victimes mortes  sur les   routes des wilayas du pays, et  Saïda est en tête de ce bilan,  avec une victime et quatre blessées, suite au renversement d’un véhicule léger   sur la RN 92,  de la commune Youb, et  52 autres  personnes blessées, dans divers accidents survenus, sur nos routes.
Ainsi, il faut noter que le nombre effarant des personnes ayant perdu la vie dans les accidents, durant les dernières 48 heures,  -de jeudi à samedi- sont là pour nous rappeler que le non-respect  du code de la route mène inéluctablement à une mort certaine, et dans le meilleur des cas, à un handicap-physique à vie.  Des conséquences  fatales endeuillant des familles entières et compliquant la vie de celui qui sort indemne d’une mort, pour vivre avec un handicap et de ses proches, au vu des complications et des difficultés que connaissent déjà ceux aux besoins spécifiques.  Des rêves  sont brisés et la dépendance  s’installe à  cause des blessures  graves et sévères, des personnes  blessées par le terrorisme routier.
À la route qui continue de tuer, s’ajoute, en cette saison hivernale,  un tueur silencieux : le gaz du monoxyde de carbone. Ce dernier, faute de prévention et de gestes de sécurité, chez le citoyen, a causé la mort à 3 personnes par  asphyxie,  alors que 24 autres ont été sauvées, souvent de justesse, par les services  de la Protection civile, après avoir respiré  le gaz du CO, émanant des appareils de chauffage et chauffe-bain,  à l’intérieur de leurs domiciles. Il s’agit de trois personnes dans la wilaya de  Nâama, Tissemsilt, quatre  victimes sauvées de justesse à   Blida, et également quatre personnes, à l’Est du pays. La wilaya de Setif   a enregistré trois  cas, Constantine quatre victimes sauvées inextrémis du gaz CO, et Bouira six  personnes. Toutes ces personnes  ont été traitées sur place puis évacuées vers les établissements de santé, pour être par la suite dans un état satisfaisant.   Autre bilan dont a fait part le communiqué de la PC, celui relatif aux activités des opérations effectuées, suite à des appels de secours,  notamment des interventions pour en finir avec des incendies.
Le communiqué de la PC a indiqué que les hommes et femmes de la Protection civile  ont effectué  pas moins  de 4396 interventions, à travers le territoire national, de jeudi à samedi matin, soit en 48 heures, un laps de  temps qui a causé la mort de neuf personnes, soit  une  victime,  chaque cinq heures.
Mohamed Amrouni