Rentrée scolaire 2211

LES ÉCOLES MAINTENUES OUVERTES MALGRÉ LA SITUATION SANITAIRE INQUIÉTANTE : La famille de l’éducation n’est pas rassurée

La question de fermeture ou pas des établissements scolaires continue d’être au centre des débats, bien qu’elle ait été tranchée samedi par le Premier ministre Abdelaziz Djerad.

Hier c’était le tour du ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, de s’exprimer à ce sujet en affirmant que les écoles resteront ouvertes en dépit de la flambée des cas de contaminations. Une décision qui suscite beaucoup d’interrogations notamment pas les parents d’élèves qui ont du mal à être rassurés sur la sécurité de leurs enfants. En effet, toutes les conditions sont réunies pour que le gouvernement décide de suspendre les cours temporairement au niveau national afin de freiner la propagation du nouveau Coronavirus dans les écoles. Il s’agit surtout des grandes lacunes constatées dans l’application des principales et importantes mesures de préventions depuis la rentrée dans les établissements qui posent problème, et qui devraient conforter les autorités à agir ainsi, sachant que tout le monde ne cesse de dénoncer cette situation à commencer par les parents d’élèves et les différents syndicats du secteur.
Il faut dire que le manque d’anticipation, les difficultés financières et le manque d’implication de certains directeurs d’établissements ont fait que plusieurs contaminations soient enregistrées dans le milieu scolaire, notamment parmi le personnel enseignant. Ce taux ne représente pas bien sur la réalité du terrain puisqu’il s’agit d’estimations faites çà et là, en l’absence quasi-totale de communication faite dans ce sens de la part du ministère de l’Éducation. Aussi en raison de l’absence de contrôle par les commissions chargées de suivre le degré d’application du protocole sanitaire au niveau des écoles, la plupart de ces dernières sont livrées à elles même. Pire et avec le témoignage de représentants syndicaux, des directeurs refusent même de faire part ou de communiquer le nombre de cas Covid-19 surtout chez les enseignants apparus dans leurs établissements, prenant ainsi le risque de faire contaminer des centaines d’enfants qui sont pour la plupart des porteurs sains du virus et à leur tour transmettront la pandémie aux membres de leur famille et ainsi de suite. Certes beaucoup de pays qui, à l’instar de l’Algérie, enregistrent une deuxième vague de la pandémie n’ont réellement pas eu recours à la fermeture des écoles, comme l’a déclaré samedi le Premier ministre, mais il est important de relever que les conditions de ces pays ne sont pas comme les nôtres. Il n’y a donc pas lieu de comparer. Avec un système de santé déjà défaillant accentué par le manque d’équipement, de lits hospitaliers, de matériel médical et surtout avec un personnel médical saturé et épuisé, il est clair que seule la prévention permettrait d’éviter le pire. Et si le recours à la fermeture des écoles pouvait justement freiner la propagation du virus pourquoi ne pas donc l’envisager, du moment que même les rentrées universitaire et professionnelle ont été reportées.
En tout cas, le Premier ministre a déclaré samedi que s’il y a un problème quelconque sur ce plan, les mesures qui s’imposent seront prises immédiatement tout en veillant sur les intérêts des enfants.
Cela signifie clairement que si la situation épidémiologique venait à s’aggraver d’avantage, il est sûr que la sécurité des élèves passe en premier, sachant que la poursuite des cours pourrait très bien être maintenue à distance grâce aux moyens de communication et internet notamment pour les élèves des cycles secondaire et du moyen ou le niveau de contagion est plus élevé.

«Des mesures pour permettre une sécurité maximum des élèves»
Se voulant rassurant alors que les voyants sont au rouge le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, qui a affirmé que les établissements scolaires resteront ouverts arguant que ce ne sont pas eux qui contaminent, a indiqué que des mesures y ont été mobilisées pour permettre une sécurité maximum des élèves. Il a également appelé hier sur les ondes de la radio Chaîne III les parents à appliquer les mesures barrières de base pour protéger les élèves. Toutefois le ministre de la Santé n’a pas écarté la prise davantage de mesures drastiques en cas de hausse effrénée des contaminations à la Covid-19. Sans que Benbouzid ne le dise clairement, il est certain que la fermeture des écoles figure parmi ces mesures car il a déclaré, à ce propos, que personne ne peut prévenir ce qui peut se passer à l’avenir.

« Nécessité de fournir les moyens de prévention »
Ne cessant de le réitérer depuis la rentrée scolaire, l’intersyndicale de l’Éducation insiste sur la nécessité de fournir aux établissements scolaire les moyens leur permettant l’application du protocole sanitaire de prévention contre la pandémie de la Covid-19.
Alors que ce sont les parents d’élèves qui contribuent avec leur propre argent pour justement aider les établissements à acheter le nécessaire, elle estime qu’il n’est plus possible que cela continue. Aussi, elle exige à ce que des masques de protections soient quotidiennement mis à la disponibilité des élèves, des enseignants et de tout le personnel administratif, ainsi que des groupes de médecins au service des établissements.
Ania Nait Chalal