LE PT TRANCHERA SA PARTICIPATION OU PAS, FIN FÉVRIER : Hanoune attend l’après célébration du 24 Février

Le Comité central du parti des Travailleurs (PT) n’a toujours pas annoncé la participation ou non du parti à la prochaine présidentielle, qui anime le débat sur la scène nationale, en attendant que le PT rejoint cette effervescence, la fin du mois courant, date qu’a choisi le parti de Louisa Hanoune pour se prononcer, sur la présidentielle d’avril prochain.
Une réunion est prévue, fin février courant,en vue d’évaluer le débat organisé au sein des structures du PT,  la question de la participation de sa formation politique à la prochaine présidentielle sera tranchée, déclare la patronne du PT «par son comité central dans les prochains jours», laissant entrevoir sa participation à cette présidentielle, en déclarant, que «quelles que soient notre décision et notre position à l’égard de l’élection présidentielle du 18 avril prochain», le PT, affirme l’ex-candidate à la présidentielle de 2014, « va mener une campagne active et afficher sa démarche politique dans le but de faire barrage contre les dangers qui se dressent face au pays» et qui menacent, poursuit-elle, «la souveraineté nationale et l’intégrité du pays», a-t-elle soutenu. Sur les postures de boycott ou de l’abstention, adoptées par des partis politiques, pour la patronne du PT, ces positions «ne sont pas une solution, pis encore, ils pourront participer dans l’exacerbation de la crise qui est déjà intenable et dangereuse», a-t-elle déclaré. Elle n’a pas manqué, à cette occasion, d’assurer que la décision finale de la participation ou pas à l’élection présidentielle, revient au comité central du PT qui aura à trancher définitivement sur la question. Il est à se demander si le PT n’a pas préféré attendre l’après date, du 24 février, marquant la célébration du 47ème anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures, le 24 février 1971, pour voir notamment la teneur du message attendu du chef de l’État, sur cette date importante et historique, pour le pays et le peuple algérien. Par ailleurs, la responsable du PT, sur la candidature du président de la République au scrutin d’avril prochain, dira que ce dernier « est libre de se représenter comme tous les candidats qui aspirent à l’être» S’agissant de la conférence nationale, proposition exprimée par le chef de l’État, dans sa lettre annonçant sa candidature à l’élection présidentielle, Hanoune s’est interrogée sur la « véracité » de cette proposition. Elle indiquera que «la lettre du président de la République a porté sur des réformes politiques» alors que celles-ci «ont été initiées en 2011» et de s’interroger «pourquoi veut-on alors d’autres réformes politiques, puisque tout fonctionne et que la démocratie est préservée et la liberté d’expression est consacrée ?» s’est-elle interrogée. D’après elle, la conférence nationale ne peut «se faire avec les partis de l’alliance présidentielle et les autres partis du premier collège qui sont responsables de la crise actuelle». Poursuivant, elle dira que plus rien n’est clair à propos des grandes orientations qui ont trait aux aspects socio-économiques du pays et la propriété qui appartient à la collectivité nationale qui a été nationalisée» et qui a été, rappelle-t-elle, «reconnue par toutes les lois et les constitutions précédentes», a souligné la secrétaire générale du Parti des travailleurs.
Med Wali