LAICHOUBI

LE DIPLOMATE, CONFÉRENCIER INTERNATIONAL ET EXPERT EN GÉOSTRATÉGIE, MOHAMED LAICHOUBI : « La France n’arrive pas à se défaire de son complexe colonial »

Les propos du président français Emanuel Macron sur l’Algérie, continuent de susciter de vives réactions de condamnations de la part des responsables, de partis politiques et d’acteurs de la société civile ainsi que des citoyens.

Hier l’ancien ministre, diplomate et conférencier international, Mohamed Laichoubi affirme que les propos du président français contre l’Algérie et son peuple, «confirment ainsi que la France n’arrive pas à se défaire de son complexe colonial» et par la même occasion « Il (Emmanuel Macron) veut séduire l’extrême-droite » pour décrocher un second mandat à la tête de la présidence française. Pour l’invité, hier, de la rédaction de la Radio nationale chaîne3, Mohamed Laichoubi , le plus grave dans cette histoire, dira-t-il « c’est que les déclarations d’Emmanuel Macron ont été abordées avec un simplisme brutal dans un espace d’échange arrangé pour lui dans lequel il n’y avait aucun débat contradictoire » a-t-il relevé. Faisant part de sa vive indignation et condamnation des déclarations du président français Emmanuel Macron, que le diplomate Laïchoubi qualifie de « haineux » sur l’Algérie, son peuple, ses institutions et son Histoire. Pour le diplomate « les graves  propos et accusations » du locataire de l’Elysée, confirment que la France officielle « n’arrive pas à se défaire de son complexe colonial ». Un passé qui n’a pas cessé de la rattraper, notamment par les crimes et les atrocités commise par l’empire colonial français contre non seulement le peuple algérien, mais aussi d’autres peuples ayant été sous la domination coloniale de la France, en Afrique ou en Asie. Un empire qui a été balayé par la détermination de ces peuples à se défaire d’un système politique qui a inspiré, par ses enfumâdes et ses camps de regroupement des colonisés, des années après le fascisme hitlérien dans les années quarante. Selon l’intervenant sur les ondes de la Radio nationale chaîne 3, le président Emmanuel Macron mise sur la droite et l’extrême droite française pour emprunter une seconde fois les marches du palais de l’Elysée, montrant que par ses déclarations contre l’Algérie et son peuple « Emmanuel Macron veut séduire l’extrême droite ». Le diplomate qui a aussi le profil de conférencier international affirme que le rôle de la France dans des régions du monde, est « partout discrédité » citant l’exemple de sa perte d’influence sur la scène du Moyent-Orient, en déclarant que « Paris a été évincée du Moyen Orient », il affirme que la France « est réellement en difficultés ». Il explique que « actuellement, la France n’a pas les capacités ni financières, ni militaires » de peser, notamment avec l’émergence de nouveaux acteurs sur la scène mondiale, ces dernières années, indiquant que « la réduction de sa force Barkhane » n’est qu’un impact parmi d’autres, du recul de son rôle en général sur les scènes régionale et internationale, affirmant que la France « est réellement en difficulté », notamment sur le plan financier et économique, avec le rôle percutant de nouveaux acteurs sur le marché mondial. Par ailleurs, dans ses tentatives de rattraper sa perte de vitesse et d’influence sur le continent africain, avec l’arrivée de nouveaux partenaires des pays africains, principalement la Chine, la Russie et aussi la Turquie, le président français a usé du royaume marocain, notamment par l’élaboration d’une stratégie relative au redéploiement du Makhzan, en Afrique, notamment par l’adhésion du Maroc à l’Union africaine, laquelle approche faut-il le noter a et est soutenue par l’entité sioniste et les lobbies de Francafrique . Le diplomate dira à ce propos que « c’est une stratégie étudiée depuis des années  et cela veut dire que la pensée coloniale dicte toujours leurs actions ».
Karima B.