Jamais content, l’homme !

Par Hafidh A. Settar

Il y a quelques jours seulement, et alors que le spectre de la sécheresse planait sadiquement  sur nos têtes surchauffées pour la saison, le ton, partout, était à la supplique du ciel pour quelques ondées bienfaitrices.

Le fellah avait peur pour sa récolte;  le citoyen lambda pour un retour cauchemardesque au compte-gouttes de l’eau et les plus nantis pour le niveau de leur piscine domestique. Cela même si tout un chacun tempêtait en été  contre les affres  de la chaleur et des sueurs pestilentielles.

Mais voilà que le Ciel, comme touché par l’angoisse des êtres, déverse neiges et averses.

ça a suffi pour déclencher leur grogne  atavique et séculaire, devant le moindre aléa.

Jamais content, l’homme de chez nous, jamais. Un  peu comme l’opposition  qui aurait volontiers  applaudi une  sécheresse aiguë …à mettre sur le compte de Boutef !

H. A. S.