Goudjil

GOUDJIL APPUIE LE MESSAGE RASSEMBLEUR DE TEBBOUNE : « Tous pour l’Algérie nouvelle »

Le président du Conseil de la nation, Salah Goudjil a appelé les acteurs de la société à adhérer à la démarche pour « asseoir les bases et dessiner les contours de l’Algérie nouvelle », dans le cadre de la « politique de rassemblement prônée par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune », a indiqué un communiqué du Senat.

Cet appel intervient  alors que le président de la République avait réaffirmé sa volonté de rassembler tous ceux qui portent l’amour de la patrie dans leur cœur et qui œuvreront pour l’édification d’une Algérie nouvelle, réconciliée, qui assumera ses différences et qui sera résolument tournée vers l’avenir pour pouvoir relever les défis qui se poseront à elle.
Dans un entretien accordé à la Télévision algérienne qui sera diffusé ce  soir, la veille de la Journée nationale de la Mémoire commémorant, demain, le 77e anniversaire des massacres du 8 mai 1945, Salah Goudjil, a insisté sur la nécessité d’ « adhérer à la démarche du président de la République pour asseoir les bases et dessiner les contours de l’Algérie nouvelle et se mobiliser à cet effet, et ce dans le cadre de la politique de rassemblement que prône Abdelmadjid Tebboune qui avait affirmé que sa main est tendue en permanence à tous, sauf à ceux qui ont franchi les lignes rouges et qui ont largué les amarres avec leur patrie, dans le cadre de la dynamique qui a marqué sa campagne électorale durant laquelle il est parvenu à rassembler les jeunes et la société civile », a rappelé Goudjil.  Ce moudjahid de la première heure et militant durant la Révolution et post-indépendance a rappelé dans ce cadre que la démarche du président de la République est basée sur le principe  d’une « Algérie patrie de tous ses enfants et édifiée et construite par l’ensemble de ceux qui la portent dans leur cœur ». Goudjil a réaffirmé la nécessité de se mobiliser autour du président de la République et d’adhérer à sa démarche constitue un devoir national pour « préserver l’unité nationale et conforter l’indépendance de prise de décision politique, en garantissant l’indépendance de la décision économique ».
Le président du Sénat a évoqué pour preuve au message de bonne foi du chef de l’Etat la situation actuelle du pays, en mettant en avant les réalisations enregistrées depuis l’accession de Abdelmadjid Tebboune à la présidence de la République, dont les 54 engagements qui ont abouti à leur concrétisation, à commencer par la révision de la Constitution du pays, puis le renouvellement de l’édifice institutionnel et la réforme structurelle, jusqu’à la relance de l’économie nationale, en préservant le caractère social de l’Etat, en dépit des conditions sanitaires exceptionnelles traversées par le pays à l’instar des pays du monde et d’une conjoncture économique mondiale difficile ».

La main présidentielle tendue à « tous » sauf aux « traitres »
Il y a lieu de rappeler que le président Tebboune, qui a été élu par les Algériens désireux de voir l’avènement d’une nouvelle Algérie, est un président rassembleur. Durant sa campagne, il avait rassemblé les jeunes et la société civile. Le président Tebboune, dont l’élection constitue la première alternance démocratique de l’histoire de l’Algérie, a été élu par tous ces Algériens qui rêvent d’une nouvelle Algérie. Abdelmadjid Tebboune, est un Président qui s’est toujours nourri du débat qui agite la société.
Sa main est tendue en permanence à tous, sauf à ceux qui ont franchi les lignes rouges et qui ont largué les amarres avec leur patrie et qui ont rompu le cordon ombilical qui les liait à la patrie.  Le président Tebboune, n’est pas clivant, bien au contraire. Que ceux qui sont restés sur le rivage, sur la berge ou sur le bord de la route, ou qui se sentent marginalisés, sachent que la nouvelle Algérie leur tend les bras pour ouvrir une nouvelle page et une nouvelle ère. Le mot exclusion est banni du lexique du président de la République qui met toute son intelligence pour rassembler des personnes et des parties qui ne pouvaient pas s’entendre par le passé. L’Algérie, qui a un peuple héroïque très uni dans toute sa diversité, a besoin de tous ses enfants pour fêter tous ensemble, le 60e anniversaire de l’Indépendance. Cet élan rassembleur puise son essence des 54 engagements électoraux pris par le président de la République lors de la campagne et qu’il s’était engagé à remplir une fois élu.
Slimane B.