Eau

FACTURES IMPAYÉES DE 50 000 DA ET PLUS : Les ménages risquent la coupure de l’AEP

Le ministre des Ressources en eau, Arezki Baraki, a appelé, hier, les citoyens qui ont des dettes de plus de 5 millions de centimes à payer leur facture afin d’éviter la coupure.

En effet, lors du lancement de l’application électronique du guichet unique des services relevant du secteur, le MRE a prévenu les citoyens dont la facture d’eau dépasse les 50 000 da d’aller la payer avant qu’il ne soit trop tard. «nous avons demandé à nos entreprises de ne pas interrompre la distribution d’eau en raison du non-paiement des factures pendant la pandémie, mais il se trouve que la plupart de ces entreprises souffrent aujourd’hui de la faillite, de sorte que chaque citoyen qui a des dettes de plus de 5 millions de centimes doit payer la facture sinon on lui coupe l’eau » avertit-il. Concernant l’eau destinée à l’agriculture, il dira par la même occasion que ce secteur est le plus grand consommateur d’eau avec environ 7 milliards de mètres cubes, annonçant qu’il sera soutenu par de l’eau filtrée, déclarant au passage que « 6,8 milliards de mètres cubes d’eau avaient été destinés à l’agriculture et l’irrigation l’année dernière », et que « 7,6 milliards de mètres cubes d’eau, sont destinés à l’irrigation », ajoutant, que l’industrie a bénéficié, l’année passée, de 355 millions de mètres cubes d’eau et 300 millions de m3 cette année, en raison de la pandémie de Corona. Pour ce qui est des capacités de l’Algérie, Baraki a indiqué que les eaux de surface s’élèvent à 10,5 milliards de mètres cubes, les eaux souterraines à 2,5 milliards de mètres cubes, signalant que les potentialités globales sont de 23 milliards de mètres cubes, tout en indiquant que le taux d’insuffisance est de 1 000 mètres cubes par citoyen, signalant que l’Algérie est classée à la 29e position en tant que pays connu pour sa sécheresse. Dans ce volet, le premier responsable du secteur des eaux en Algérie a révélé ensuite que le pays contient 177 bassins d’eau souterrains, 86 grands barrages, et 60 petits barrages, ajoutant qu’en 2019/2020, la réserve nationale a atteint 3,03 milliards de mètres cubes d’eau ; « j’espère que, dans les mois à venir, la quantité des pluies qui tombera permettra la restauration des stocks au niveau des barrages qui fournissent les citoyens en eau potable » souhaite-t-il en indiquant que 20 barrages ont connu un manque important d’eau en raison de la sècheresse qui a affecté 18 wilayas. Pour ce qui est du dessalement de l’eau de mer, le ministre a indiqué qu’il existe 11 stations au niveau national, et 4 stations sont en cours de réalisation avec une capacité de 720 000 mètres cubes par jour, précisant que ces stations permettent de filtrer seulement 430 millions de mètres cubes par an, en raison du manque de connectivité entre les grandes villes, indiquant ensuite à ce sujet que «la wilaya d’Oran a bénéficié de 80% de l’eau dessalée, et la capitale de 25% ».

575 communes souffrent de perturbations dans la distribution d’eau
En effet, le ministre des ressources en eau a déclaré que 575 communes à travers le pays souffrent de perturbations dans la fourniture en eau potable, en revanche il dira que 966 communes à travers le pays ont accès à cette eau, ajoutant que cette année, 75% des citoyens ont consommé de l’eau quotidiennement, et 25% sont approvisionnés tous les 2 ou 3 jours. D’autre part, et concernant les pluies tombées récemment, le même responsable a indiqué que cette dernière a permis de stocker 47 millions de m3 d’eau, ajoutant que l’Algérie avait enregistré 369 mm de quantités de pluie pour cette année, soit une baisse de 14 % de la moyenne annuelle. Pour rappel le gouvernement algérien compte beaucoup sur ce secteur et celui de l’agriculture afin de relancer l’économie nationale.
Sarah Oubraham