Accueil ACTUALITÉ Étude sur le marché des climatiseurs en Algérie : la Banque mondiale...

Étude sur le marché des climatiseurs en Algérie : la Banque mondiale formule plusieurs recommandations

0

Les résultats de l’étude sur le marché des climatiseurs conduite par Yaici Boukhalfa, consultant indépendant auprès de la Banque Mondiale ont été présentés dernièrement au niveau de l’Agence nationale pour la promotion et la rationalisation de l’utilisation de l’énergie (Aprue). Le contenu de l’étude s’est concentré sur le marché du secteur de la climatisation résidentielle à travers notamment, les composantes d’ordre réglementaire, industriel, commerciale, énergétique, et environnemental. L’élaboration de l’étude s’est déroulée sur huit mois entre décembre 2013 et juillet 2014 et avait concerné des entités appartenant aux ministères des Finances, de l’Énergie, de l’Industrie, de l’Environnement, de la Formation professionnelle et des opérateurs publics et privés activant dans l’assemblage, l’importation et la distribution des climatiseurs de type split system. Trois questionnaires ont été confectionnés pour les besoins de la collecte de données et d’informations. Les recommandations qui ont été formulées à la fin de cette étude sont liées à la création d’un laboratoire de tests pour imposer définitivement l’étiquette obligatoire, la mise en place d’un environnement favorable à l’élimination progressive des équipements énergétivores, l’amélioration des produits pour conquérir de nouveaux marchés, l’implication des organismes publics dans le changement du marché et la collecte de données plus fines auprès des consommateurs. Après la présentation des résultats de l’étude des discussions ont été engagées donnant l’occasion aux participants de faire plusieurs autres recommandations, à savoir donner la priorité à la création d’un laboratoire de contrôle ; prendre en charge et donner suite aux remarques et réserves des participants ; affiner la connaissance du marché national de l’électroménagers par des enquêtes de terrain ; développer le réseau de sous-traitance pour aider les industriels à améliorer leur taux d’intégration et tenir informer les industriels de l’état d’avancement du projet.
L’Aprue rappelle à ce propos le contexte qui a conduit à l’élaboration de l’étude de marché des climatiseurs en Algérie, notant que la consommation de l’énergie électrique dans le secteur du bâtiment connaît depuis quelques années une forte augmentation tirée en grande partie par les ménages qui s’équipent en appareils électroménagers dont les climatiseurs. D’ailleurs, c’est dans le souci de développer l’utilisation des autres sources d’énergie comme le renouvelable que l’Aprue organise en partenariat avec CES-MED le 10 juin 2015 une conférence nationale sur les énergies durables dans les villes à laquelle sont conviées une centaine de communes algériennes. L’objectif est d’engager un débat national au niveau des collectivités locales sur l’efficacité énergétique et les énergies durables. Notons également que les efforts de l’Aprue se sont concentré sur des programmes de formation de ces éléments dont l’objectif étant le transfert des connaissances et des compétences européennes dans l’efficacité énergétique du bâtiment vers les pays arabes, en termes de planification, de gestion, de mise en œuvre, de suivi et d’évaluation de programme d’efficacité énergétique dans le bâtiment, dans le but d’améliorer l’application de la réglementation y afférente. Une formation s’est déroulée, dans ce sens, du 06 au 11 avril 2015, à Grenade en Espagne, et a réuni les responsables du domaine de l’énergie des différents pays arabes et cinq organisations internationales, à savoir : le Centre régional des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique (RCREE), la Ligue des pays arabes, la Fondation euro-arabe, La Commission économique et sociale des Nations unies pour l’Asie occidentale (ESCWA) et le projet d’Efficacité énergétique dans le secteur de la construction dans les pays situés au sud et à l’est de la Méditerranée (MEDENEC) autour du thème de la mise en place de l’efficacité énergétique dans les politiques nationales et régionales.
Ines B.

Article précédentChlef : le dépistage précoce du cancer, une nécessité
Article suivantPalais de la culture Al Khalifa : un haut lieu culturel au cœur de Constantine

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.