épidémie de la gale

Elle A DÉJÀ TOUCHÉ PLUS DE 500 PERSONNES : Alerte à l’épidémie de la gale

Alors que le ministère de la Santé fait état de 87 cas de gale confirmés au niveau scolaire, des sources hospitalières affirment que le nombre de personnes touchées par l’épidémie au niveau de plusieurs wilayas est plus important. Au moment où le pays est marqué, depuis plusieurs semaines, par des rassemblements populaires inédits, la prévention de la maladie est plus que jamais de mise. Le président du Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP), Lyès Merabet, contacté hier, à ce propos, a mis l’accent en effet sur la prévention à travers la sensibilisation de la population, notamment les parents et les enseignants afin d’endiguer la transmission de cette épidémie.
Rappelant que la gale est liée à l’état d’hygiène corporelle et vestimentaire et provoquée par un parasite de la peau qui se transmet très facilement par le contact direct, mais aussi à travers des éléments vestimentaires, literie, serviettes, peigne… Lyès Merabet estime qu’«au de-là du nombre de cas, le plus important est de reconnaître l’épidémie au niveau des wilayas, de la traiter, de sensibiliser et de rappeler les gens sur l’essentiel, à savoir : la propreté des mains, du corps, et des vêtements». Au moment de la confirmation de la maladie, Merabet fait savoir qu’une série de mesures doivent tout de suite être prises. Il s’agit de commencer, a- t-il expliqué, de l’éviction de l’élève et de la mise au repos de l’adulte (actif) pour une durée de 1 à 2 semaines, puis mettre ces patients sous traitement, et traiter l’entourage (par précaution). S’agissant du traitement, notre interlocuteur a fait savoir qu’il est à base d’une solution qui doit être étalée sur tout le corps après un bain. Merabet insiste à ce que les vêtements, les sous-vêtements, et la literie du malade soient lavés avec de l’eau bouillante, à l’aide d’un produit antiparasitage, puis étalés au soleil. Il convient de noter que pas moins de 500 personnes ont été identifiées comme porteuses de la gale.
Quatre wilayas du pays sont touchées par cette maladie très contagieuse, notamment Alger, Ouargla, Batna et Khenchela.
Des sources médicales de l’hôpital Hadi Flici  (ex El Kettar)  indiquent que des centaines de cas de gale ont été enregistrés. Selon Abdelkrim Soukhal, épidémiologiste à la faculté de médecine d’Alger ; « l’incidence des maladies infectieuses, a connu une augmentation significative, comme c’est le cas pour l’incidence de la gale et ce, en raison du manque d’hygiène et des coupures d’eau, et la plupart de ces maladies proviennent des zones peuplées et des bidonvilles ». De son côté, le ministére de la Santé avait indiqué que le nombre de cas d’infection par la gale, déclarés en milieu scolaire au 1er trimestre 2019, étant de 87. Les cas déclarés dans les quatre wilayas se répartissent à raison de 68 cas à Alger, 14 à Batna et 5 à Khenchela, alors qu’aucun cas n’est signalé à Ouargla, avait-on précisé. La gale est une infection cutanée due à un parasite. Très contagieuse, elle se manifeste par des démangeaisons et des lésions cutanées de grattage.
Le réservoir du parasite est strictement humain et la transmission est strictement inter-humaine, un seul contact suffit pour être infecté et c’est d’ailleurs souvent le cas chez les membres de la même famille et en collectivité. Le ministère de la Santé a appelé, à cet égard, au respect des règles d’hygiène corporelle et recommande qu’il y ait dans l’entourage des cas une décontamination des vêtements, du linge de lit et du linge de toilette de toutes les personnes vivant sous le même toit, soit par le lavage en machine à 60 cas ou par l’utilisation d’un acaricide disponible en officine.
Ania Nait Chalal