Photo Aicha Barki

DÉTENTRICE D’UN PRIX INTERNATIONAL DE L’UNESCO EN 1997 : Aïcha Barki,la femme anti-analphabétisme, n’est plus

La présidente de l’Association IQRAA, Aïcha Barki, s’est éteinte lundi soir, suite à une longue maladie, ont indiqué ses proches. Connue pour son engagement dans la lutte contre l’analphabétisme notamment dans le milieu féminin, ciblant plus particulièrement les régions rurales et enclavées, la défunte Aïcha Barki a consacré sa vie au combat des causes justes et contre l’ignorance. Après avoir milité pour les droits de la femme durant les années 80, elle a créé en 1990 l’Association IQRAA, pour lutter contre l’analphabétisme en Algérie, car elle était convaincu que l’ignorance freine la marche de toute société vers le progrès et l’émancipation. Elle a été, durant son parcours, aux côtés notamment des personnes les plus vulnérables, les démunis. Durant son parcours, sur les plans national, régional et international son association, dont ses membres sont appelés aujourd’hui, plus qu’avant à continuer ce à quoi la défunte a consacré sa vie, a reçu plusieurs reconnaissances, dont notamment, le Prix international d’alphabétisation de l’Unesco en 1997, celui de l’Alesco en 1998, en 2000 ce sera celui de l’Issisco. Quant au Prix Roby Kidd, il a été décerné en 1994 par le Conseil international de l’éducation des adultes (ICAE). La défunte était également membre de plusieurs réseaux d’ONG arabes, elle était vice-présidente du Conseil international de l’éducation des adultes. Elle a obtenu le statut d’observateur de l’Ecossoc /Nations unies en 1988 et elle est membre-fondateur de l’Ecossoc Afrique depuis 2008. Elle a initié aussi des programmes spécifiques qui allient l’alphabétisation à l’intégration à la vie sociale en passant par la formation.
Ania N.CH.