11.9 C
Alger
2 mars 2024
lecourrier-dalgerie.com
À LA UNE

CONSEIL DE SÉCURITÉ ET CONSEIL DES DROITS DE L’HOMME DE L’ONU : Les Etats-Unis travailleront avec l’Algérie

La cadence des relations entre l’Algérie et les États-Unis d’Amérique s’est accélérée depuis ces dernières semaines. Au plus haut niveau, comme vient de le confirmer l’audience accordée par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, à l’ambassadrice américaine à Alger Elizabeth Moore.
En effet, nous l’a appris la présidence de la République dans un communiqué, le chef de l’Etat a reçu, hier, l’ambassadrice des Etats-Unis d’Amérique à Alger, Mme Elizabeth Moore Aubin, à la demande de cette dernière. Selon la même source, l’audience s’est déroulée en présence du Directeur de cabinet à la présidence de la République, Mohamed Ennadir Larbaoui, ajoute la même source.
On sait que depuis la visite du chef de la diplomatie nationale Ahmed Attaf à Washington sur invitation de son homologue américain, Antony Blinken, et en tant que chargé de mission du président Tebboune, les deux pays travaillent sur au moins trois « gros dossiers ». D’abord, sur le plan bilatéral où Alger et Washington veulent consolider la coopération dans le domaine de la lutte anti-terroriste. L’appel téléphonique reçu, la semaine dernière, par le chef d’état-major de l’ANP, Saïd Chengriha, de la part du patron de la CIA en dit long en effet sur la qualité étroite de la coopération dans ce domaine sensible. Sur les dossiers d’intérêt commun à l’international, les déclarations faites, le 9 août 2023 à Washington, par Attaf et Blinken sur la question sahraouie et la crise au Niger résument la convergence des points de vue. Ainsi, l’Algérie et les États-Unis soutiennent le processus des Nations-unies pour le règlement du conflit entre le Maroc et le Sahara occidental, aussi bien qu’ils partagent l’idée d’une solution politique et pacifique à la crise au Niger.
Les relations entre les deux parties ne s’arrêtent pas là. En effet, selon la représentante diplomatique américaine à Alger, qui s’est exprimée au sortir de l’audience que lui a accordés le président Tebboune, son pays est prêt à travailler avec l’Algérie au plus haut niveau des relations à l’international. À savoir, coordonner les efforts au sein du Conseil de sécurité de l’ONU qui va recevoir, à partir de janvier 2024, l’Algérie en tant que membre non-permanent. La volonté de Washington concerne également l’autre instance de l’ONU, notamment le Conseil des droits de l’Homme au sein duquel l’Algérie a été élue en octobre 2022 et dont le mandat a commencé en janvier 2023. Autres questions sur lesquelles les deux parties ont discuté, l’ambassadrice américaine a exprimé au chef de l’Etat « la gratitude » de Washington quant aux efforts fournis par l’Algérie sur le terrain à l’effet de venir en aide aux populations qui subissent le déchainement de la nature dans la région. Aussi, l’ambassadrice américaine a également déclaré avoir assuré le président Tebboune du lancement d’un vol direct entre Alger et New-York et lequel devrait renforcer les relations économiques, touristiques et culturelles entre les deux pays.
Farid Guellil

Related posts

OCTROI DU FONCIER INDUSTRIEL DESTINÉ À LA RÉALISATION DE PROJETS D’INVESTISSEMENT : Tebboune exige la levée des obstacles

Redaction

ELLE POURSUIT LE VOL DES ORGANES DES MARTYRS PALESTINIENS : L’entité sioniste excelle dans le crime

Redaction

PRESSE ÉCRITE ET ÉLECTRONIQUE ET ACTIVITÉ AUDIOVISUELLE : Laâgab présente les deux textes de loi devant les sénateurs

Redaction

PRÉVENTION ET LUTTE CONTRE LE CANCER : Les décisions et mesures du président Tebboune saluées

Redaction

LE CAMP DU GENERAL TIANI FAIT UN CLIN D’ŒIL A L’ALGERIE : « Nous allons examiner le plan de paix d’Alger »

courrier

SUIVI DU PROGRAMME COMPLÉMENTAIRE AU PROFIT DE LA WILAYA DE TINDOUF : Larbaoui matérialise l’engagement du Président  

Redaction