Boumerdès : La production de l’huile d’olive en hausse

La production oléicole de la saison en cours connait une hausse importante, a-t-on appris de la DSA, (direction des services agricoles de la wilaya) en pariant sur une production estimée à plus de 2,7millions de litres d’huile soit beaucoup plus que la saison précédente ou la production n’a pas dépassé 600 mille litres d’huile d’olive.

La cueillette d’olives qui a débuté le mois de novembre passé et qui se poursuivra jusqu’à janvier, a permis la récolte de plus de 800 000 quintaux, ayant produit plus d’un million de litres d’huile d’olive. La production oléicole par hectare est de l’ordre de 225 quintaux, ce qui est très important a ajouté la même source, contrairement à la saison précédente où seulement 37 000 hectares ont été récoltés. La hausse de la production oléicole de cette année est due aux facteurs favorables de la situation climatique qui a prévalue, et à la maîtrise du traitement phytosanitaire contre les parasites nuisibles à l’olivier, ce qui va sans doute baisser les prix de ce produit fortement prisé par les ménages, a-t-on expliqué. La willaya de Boumerdès dispose d’une superficie de 8 537 hectares, dont 7 530 sont en production alors que le reste est réservé à la plantation d’oliviers. La majorité des oliviers sont situés dans la région est de la wilaya où un grand nombre d’habitants des contrées rurales et montagnardes y exercent cette activité ancestrale d’une manière traditionnelle. Il s’agit notamment des communes de Thénia, Issers, Chabet-el-Ameur, Beni-amrane, Ammal, Timezrit, Naciria, Baghlia, Dellys où l’activité oléicole est fortement pratiquée. La wilaya de Boumerdès compte 29 huileries dont 07 d’entre elles sont traditionnelles. La production d’une huilerie moderne est estimée à plus de 30 quintaux par heure, alors que celle traditionnelle est de l’ordre de 02 quintaux par heure. La qualité de l’huile d’olive ne cesse de s’améliorer nous a expliqué un jeune oléiculteur de la localité montagneuse de Timezrit, qui a tenté l’expérience d’exportation de ce produit ancestral fortement demandé en l’Europe et au Canada.
B. Khider