barrage de Beni Haroun

Barrage de Beni Haroun (Mila) : Le niveau actuel de l’eau garantit l’alimentation des wilayas concernées

Le niveau actuel du barrage de Beni Haroun de la wilaya de Mila garantit l’alimentation en eau des cinq wilayas dans l’Est du pays qui y sont raccordées, a-t-on appris mardi de la direction locale des Ressources en eau. Les quantités d’eau emmagasinées dans le barrage de Beni Haroun selon les données enregistrées aujourd’hui atteignent 845 millions m3, soit le niveau habituellement enregistré en cette période durant les précédentes années, a indiqué à l’APS le directeur de wilaya des Ressources en eau, Messaoud Lecheheb. Ce niveau garantit les quotas en eau de toutes les wilayas de l’Est alimentées à partir de cet ouvrage hydraulique «gigantesque », à savoir Constantine, Oum El Bouaghi, Khenchela, Batna et Mila, a-t-il assuré. Le volume moyen d’eau annuellement réservé à ces wilayas est estimé à 200 millions m3 ce qui signifie, a expliqué le responsable, que  »le niveau actuel du barrage couvre largement les besoins en eau potable et d’irrigation des périmètres agricoles de ces wilayas ». Aussi, M. Lacheheb a rassuré que «la situation actuelle du barrage permet la prise en charge de l’approvisionnement en eau potable des communes de Mila et des autres wilayas dans l’Est alimentées à partir de Beni Haroun », écartant pour le moment la révision de la distribution d’eau en termes de quantité et d’horaire. Concernant les autres communes de Mila alimentées par les eaux souterraines, dont celles de Benyahia Abderrahmane, Terraï Bainen et Amira Arras, où un déficit en eau a été relevé, le responsable a déclaré qu’un programme de rattrapage a été mis en place au moyen d’actions des programmes sectoriels et communaux pour achever les travaux de réalisation de 20 forages, tandis que le travail est en cours pour en équiper 12 autres en vue de leur exploitation «prochaine ». Ces actions, a affirmé le responsable, sont de nature à améliorer l’approvisionnement en eau potable en attendant l’achèvement des travaux du «grand » projet d’alimentation de ces collectivités locales à partir des barrages de Béni Haroun et de Tabellout (Jijel) «avant la fin de l’année prochaine » .