Port

BALANCE COMMERCIALE DE JANVIER À AVRIL 2019 : Un déficit de 1,84 milliard de dollars

Le pays a importé durant les quatre premiers mois de l’année en cours,  plus de biens et services qu’il n’en a exporté. C’est ce qu’ont fait savoir hier les services des Douanes nationales dans le bilan couvrant les quatre premiers mois de 2019. En résultat, la balance commerciale a subi un déficit de 1,84 milliard de dollars entre janvier et avril contre un déficit de 1,83 à la même période de 2018.
Au titre des exportations, la valeur marchande de la transaction a atteint 13,33 milliards de dollars durant les quatre premiers mois de l’année en cours, contre 13,53 milliards de dollars à la même période de 2018, soit une légère baisse de près de -1,5%, indiquent les statistiques provisoires de la direction des études et de la prospective des Douanes (DEPD).
Derrière le maintien de ce déficit commercial, il y est fait état de la hausse des dépenses liées aux importations qui sont nettement supérieures aux revenus des exportations algériennes. Et ce dernier bilan des douanes atteste encore une fois, que l’Algérie dépend fortement des recettes générées par l’exportation des hydrocarbures.
Car, celles-ci ont représenté l’essentiel des ventes algériennes à l’étranger au cours des quatre premiers mois de 2019 (93,54% du volume global des exportations). Quant aux exportations hors hydrocarbures, celles-ci restent toujours marginales, avec 861,87 millions durant les quatre premiers mois de l’année, contre 975,01 millions à la même période en 2018, en baisse de 11,60%. Pour les importations, elles ont atteint 15,17 milliards de dollars, contre près de 15,37 milliards de dollars, en légère baisse également de 1,30%.
Les exportations ont assuré la couverture des importations à hauteur de 88% durant les quatre premiers mois 2019, soit le même taux de couverture qui a été enregistré à la même période de l’année précédente.
Les exportations hors hydrocarbures, selon la même source, étaient composées des demi-produits avec 617,37 millions usd (contre 747,02 millions usd en 2018) en baisse de 17,35%, des biens alimentaires avec 161,70 millions usd (contre 138,92 millions usd) en hausse de 16,40%, des biens d’équipements industriels avec 31,8 millions usd (contre 33,82 millions usd), soit une baisse de plus de 6%.
Elles étaient composées aussi des produits bruts avec 38,83 millions usd, contre 42,47 millions (-8,57%) et des biens de consommation non alimentaires, avec 12,01 millions usd, contre 12,70 millions usd, en baisse également de 5,48% par rapport à la même période de comparaison.
 Mohamed Amrouni