Une conférence des Palestiniens à Alger

AVANT LE SOMMET ARABE : L’unité palestinienne sera scellée à Alger

En marge de l’installation, jeudi de Amar Belani au poste de secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, en remplacement de Rachid Chakib Kaid, le chef de la diplomatie nationale, Ramtane Lamamra, a affirmé que l’Algérie est mobilisée, sous la direction du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, à garantir le succès du 31e Sommet arabe prévu les 1er et 2 novembre 2022 à Alger.

«Nous sommes à la veille de la tenue du 31e Sommet arabe, un rendez-vous auquel nous nous préparons en déployant des efforts, Président et envoyés spéciaux », a confirmé Lamamra, insistant sur le « renforcement de la diplomatie multilatérale dans le cadre de l’ONU, de l’UA et de la Ligue arabe, et la relance du Mouvement des Non-alignés ». Durant son discours, Lamamra a annoncé la tenue d’une réunion, en Algérie, des factions palestiniennes, avant la tenue du rendez-vous arabe, soulignant, par la même occasion les « efforts incessants » en vue de mener à cet égard une action diplomatique d’envergure, et de parvenir ainsi à « une unité arabe renforçant la solidarité et la coordination pour une paix équitable basée sur l’accès du peuple palestinien à ses droits fondamentaux ».
Une initiative qui fait suite à la réunion, le 5 juillet dernier à Alger, à l’occasion du 60e anniversaire de l’Indépendance du pays, lorsque le président Abdelmadjid Tebboune, a réuni le président de l’autorité palestinienne, Mahmoud Abbas et le chef du bureau politique du Hamas, Ismaïl Haniyeh, sous un même toit. Une rencontre qualifiée d’historique, car intervenant après un froid de plusieurs années entre les deux parties.
Dans ce même ordre d’idées, rappelons que l’Algérie avait officiellement invité la Palestine, en tant que premier pays arabe à participer au prochain sommet, par l’intermédiaire de Lamamra, depuis le Caire, où il avait réitéré l’engagement permanent de l’Algérie à soutenir les droits légitimes du peuple palestinien frère, et son aspiration au rôle actif de l’État de Palestine dans le succès de cette importante date arabe.
Parmi les premiers pays invités pour l’occasion, citons le président égyptien, Abdel-Fattah Al-Sissi, le mauritanien Mohamed Ould El-Ghezouani, l’Émir du Koweït Cheïkh Nawaf Al-Ahmad Al-Jaber Al-Sabah et par la suite le Roi de Jordanie, l’Émir du Qatar, le président des Émirats arabes unis, le Tunisien, Kaïs Saïed et le président libanais, Michel Aoun.

Michel Aoun sera présent au rendez-vous d’Alger
Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a adressé hier une invitation officielle au président de la république libanaise, Michel Aoun, afin d’assister aux travaux du 31e Sommet arabe, prévu les 1er et 2 novembre prochains à Alger. La lettre a été remise par le ministre de la justice, garde des Sceaux, Abderrachid Tabbi, qui a été reçu vendredi à Beyrouth par le Président libanais, en sa qualité d’Envoyé spécial du Président Tebboune. En marge de cette rencontre, le président Aoun a salué les efforts laborieux consentis par l’Algérie pour assurer la réussite du prochain Sommet arabe et a exprimé la disposition du Liban à participer et à contribuer au succès de cet important évènement, évoquant les relations de fraternité et de coopération qui unissent l’Algérie et le Liban. Convaincu quant à la capacité de l’Algérie d’abriter un Sommet arabe rassembleur pour une action arabe commune prometteuse, Michel Aoun avait affirmé, au mois de juillet dernier, que ce rendez-vous « revêt une importance capitale », au regard des « questions cruciales» auxquelles le monde arabe est confronté, et la disposition de son pays à adhérer au processus préparatoire dudit sommet, pour lui assurer plein succès.
Hamid Si Ahmed