Tebboune Palestine

APPLIQUER LA IVE CONVENTION DE GENÈVE ET ACTIVER LES MÉCANISMES DE POURSUITES JUDICIAIRES CONTRE LES CRIMES SIONISTES : L’Algérie exige la protection des Palestiniens

Si le soutien, sans faille et renouvelé à volonté, de l’Algérie envers la Palestine dans sa lutte pour l’indépendance ne souffre d’aucune ambiguïté, sa qualité de président du Sommet arabe lui permet de jouir davantage de poids et d’écoute dans le monde au sujet de cette cause juste.

Ainsi, à l’occasion de la journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien, célébrée chaque 29 novembre, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a appelé à la protection des Palestiniens contre les crimes sionistes par la mise en branle de la quatrième Convention de Genève et les mécanismes de poursuites judiciaires internationales contre les crimes de guerre opérés dans les territoires occupés.
« Il m’est agréable à l’occasion de la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien de lui adresser mes chaleureuses salutations, et de souligner notre position de principe constante en soutien à son combat pour le recouvrement de ses droits spoliés bien que garantis par la légalité internationale », écrit le président Tebboune pour qui, la célébration de cette journée se veut une confirmation claire des droits inaliénables du peuple palestinien à l’établissement de son Etat indépendant avec El-Qods pour capitale. » C’est aussi une « opportunité pour rappeler à la communauté internationale ses responsabilités historiques, politiques, juridiques, morales et humanitaires envers ce peuple », plaide-t-il pour la Palestine.
« Le peuple palestinien a besoin de voir cette solidarité internationale traduite en démarches pratiques et des mesures exécutoires, ce qui requiert une position sérieuse et ferme de la communauté internationale, particulièrement du Conseil de sécurité et de l’Assemblée générale, non seulement pour mettre un terme à l’entêtement de l’occupant et à son refus de respecter la légalité et les décisions internationales, mais aussi en s’élevant de manière efficace et forte contre le système d’implantation de colonies à travers lequel l’occupant sape toutes les opportunités de concrétisation de la solution à deux Etats, donnant lieu, ainsi, à une réalité amère de discrimination et de politique de deux poids, deux mesures », pouvait-on lire dans le message du Président qui a réussi le pari de réunir les factions palestiniennes autour d’une même table dans le but de sceller leur union. À cette occasion, réitère-t-il, le chef de l’Etat appelle à l’application impérative des dispositions de la IVe Convention de Genève et des autres références juridiques internationales en s’appuyant sur les principes de la reddition des comptes et de l’égalité devant la justice internationale par l’activation des mécanismes nécessaires aux poursuites judiciaires et pénales contre les exactions croissantes de l’occupant et la garantie de la protection internationale pour le peuple palestinien sans défense. La solidarité avec le peuple palestinien ne se résume pas à prononcer des discours, mais à rechercher des plans efficaces devant aboutir à une solution définitive permettant à ce peuple de vivre dignement et souverainement sur ses terres. » Elle passe aussi, selon lui, par « l’intensification des contributions susceptibles de faire face aux tentatives visant à occulter la cause palestinienne. »

La Déclaration d’Alger ou la feuille de route de l’union
« C’est dans cette logique que ce sont, de tout temps, inscrites les démarches de l’Algérie, abritant, sur cette base, sous ma supervision directe et personnelle, des rounds de réconciliation entre les factions palestiniennes, couronnés par l’adoption de la +Déclaration d’Alger+ qui a été saluée par les deux Secrétaires généraux de l’ONU et de la Ligue arabe, et de nombreux pays », poursuit le message, ajoutant que cette déclaration vise « l’établissement effectif d’un véritable terrain mettant fin aux dissensions et conduisant à une adhésion autour de revendications unifiées pour permettre de rendre justice au peuple palestinien et de recouvrer sa liberté et sa souveraineté, spoliées depuis plusieurs décennies. »
Dans ce contexte, conclut le message du président Tebboune, « nous nous sommes engagés, lors du Sommet arabe tenu récemment à Alger, à placer la question palestinienne comme première cause centrale au regard de la conjoncture internationale actuelle. Nous avons souligné dans ses conclusions notre attachement et notre soutien absolu aux droits inaliénables du peuple palestinien à la liberté, à l’autodétermination et à l’établissement d’un Etat palestinien indépendant sur la base des frontière s du 4 juin 1967, avec El-Qods El charif pour capitale ». »
Synthèse Farid Guellil