Alors qu’ils tablaient sur le mercato hivernal pour rebondir : Zeffane, Bentaleb et Ghoulam ne voient pas le bout de tunnel

Après avoir raté la première partie de la saison, alors qu’il sortait d’une CAN très réussie avec les verts le latéral droit algérien, Mehdi Zeffane, ne voit toujours pas le bout du tunnel, alors qu’il plaçait d’énormes espoirs sur l’actuel mercato hivernal pour trouver un club preneur.

Zeffane est toujours dans l’attente d’une bonne proposition, le défenseur passé par l’OL avait repoussé des offres en Grèce et même en Turquie, tandis que Nottingham Forest a renoncé à l’engager après que des personnes gravitait autour de lui qui cherchait à gagner de l’argent sur son dos, avec une cote qui est à la baisse, on ne bouscule pas à son portillon ! Mais récemment il a été invité par Nîmes à venir faire des tests, une proposition jugée indécente de la part de l’ex-rennais, sauf que c’est la seule possibilité qui s’offre à lui pour éviter six autres mois de chômage.
Pour sa part, le milieu de terrain international, Nabil Bentaleb, lui aussi resté inactif au cours des six premiers mois de cette saison, a vu la rumeur l’envoyer à Crystal Palace et pour donner plus de crédit à cette rumeur, on prétendait que Bentaleb a gardé un bon souvenir des Anglais lors de son passage à Tottenham, club dans lequel Bentaleb a évolué entre 2013 et 2016. Finalement, rien de cela ne s’est avéré vrai. En effet, l’entraîneur de Crystal Palace a formellement démenti en conférence de presse un intérêt pour l’actuel milieu de terrain de Schalke 04. «Faux, on n’a jamais évoqué avec les dirigeants la venue de Nabil Bentaleb chez nous», répondra Roy Huddson l’entraîneur de Crystal Palace à cette question qui lui a été posée par l’un des journalistes présents à cette conférence.
Annoncé également dans le viseur des deux clubs milanais le mois dernier, Bentaleb n’a rien vu depuis. à préciser que d’un commun accord avec la direction de Schalke 04, Bentaleb ne sera pas cédé par son actuel employeur qui ne refuserait pas de le prêter à une autre équipe.
Même cas de figure pour Faouzi Ghoulam qui pensait qu’une fois débarrassé de ses ennuis de santé, il retrouverait sa place dans la défense de Naples. Peine perdue, puisque hormis quelques brèves apparitions en début de saison, Ghoulam a passé une première partie de saison pratiquement blanche. Et malgré le changement d’entraîneur , la situation du latéral gauche algérien n’a pas changé d’un iota. Au bout, Ghoulam a compris que son problème c’est… Aurello De Laurentis, le président du club, lequel serait à l’origine de ses malheurs actuels.
Alors qu’avant sa blessure, le président napolitain refusait catégoriquement son départ du club, cette fois-ci, non seulement il ne veut plus de lui, mais souhaiterait s’en débarrasser définitivement, au point de refuser l’option de prêt. Reste désormais à Ghoulam de trouver refuge en France, vu l’intérêt que lui portent les deux Olympiques, marseillais et lyonnais, mais problème, seul l’OL peut s’aligner sur ses émoluments, car l’OM, en proie à des difficultés financières, n’entend pas faire un effort pour s’offrir les services de l’international algérien, à moins que celui-ci ne fasse un gros effort en acceptant de revoir à la baisse son salaire. Le 31 janvier, date de la clôture du mercato hivernal en Europe, approche à grands pas et l’ancien stéphanois se doit de trouver une solution à sa situation au risque de passer une troisième saison blanche de rang, ce qui pourrait porter un énorme préjudice à la suite de sa carrière.
Hakim S.