boucharebp2

ALORS QUE LE FLN GÈLE SES ACTIVITÉS À L’APN : À défaut de démissionner, Bouchareb risque une destitution

Après le refus de président de l’Assemblée populaire nationale (APN), Mouad Bouchareb, de répondre aux appels réclamants sa démission le FLN, qui sera joint probablement par d’autres partis alliés, hausse le ton et menace de passer à la méthode dure. Réunis hier à l’APN, le groupe parlementaire du parti, présidé par Khaled Bouriah, a lancé un énième appel à Bouchareb pour démissionner, tout en commençant à examiner les mesures légales pour lancer la procédure de destitution de l’ex-coordinateur du parti, récemment éjecté de son poste. Suite à la «réunion des vice-présidents de l’APN et les présidents des commissions permanentes de l’Assemblée avec le président de l’APN en date de 8 mai 2019» et aussi «la réunion du groupe parlementaire du FLN sous la présidence du SG, Mohamed Djemaï, le jeudi 16 mai 2019» et aussi «par obligation de répondre aux revendications du mouvement populaire, en exécution des instructions de la direction politique du parti, dans un souci de respect du règlement intérieur du parti (…), nous, Bureau de groupe du FLN, demandons au président de l’APN de répondre immédiatement et de se retirer, de plein gré, de la présidence conformément aux exigences populaires », ont clamé hier les députés FLN dans un communiqué. La réunion d’hier intervient suite à des réunions similaires depuis avril dernier et l’éjection de Bouchareb de la tête de FLN, incitant ce dernier à déposer sa démission comme réclamée par la rue. Néanmoins, les députés FLN souhaitent apparemment cette fois-ci une «démission d’une manière civilisée», comme l’a clamé jeudi dernier le SG du parti, Mohamed Djemaï, et ce pour éviter de recourir aux procédures de destitution, qui rappellent douloureusement l’épisode de la destitution «musclée» du Saïd Bouhadja avec coup de force, «affaire dite du cadenas». Et pourtant, l’évolution de la situation politique entre Mouad Bouchareb et le reste de son groupe parlementaire se dirige vers le ce cas précisément. En effet, après plus de deux semaines, de l’élection d’un nouveau SG au FLN, les appels pour la démission de l’actuel président de l’APN se poursuivent à travers la pétition qui est signée par les députés ainsi que l’appel lancé par Mohamed Djemaï. Cependant, jusqu’à présent aucune réaction du côté de Bouchareb, pis encore, ce dernier continue à programmer des séances de questions orales au niveau de l’APN, et cela malgré la désertion de l’hémicycle par tous les députés. Donc montre clairement qu’il n’a pas l’intention de démissionner, les députés FLN vont-t-ils oser fermer les portes de l’hémicycle de nouveau avec un cadenas ? Hier, le processus de destitution de Mouad Bouchareb a franchi une nouvelle étape avec la décision du groupe parlementaire du FLN de geler ses activités au sein de la chambre basse du Parlement. En fait, le groupe parlementaire du parti a décidé de geler « toutes ses activités organiques jusqu’au retrait» de Bouchareb de la présidence de l’APN. Le groupe parlementaire justifie cette décision par « l’entêtement» de Bouchareb, qui ignore, selon la même source, les directives de la direction du parti.
Hamid Mecheri