algerienp5

ALGÉRIENS BLOQUÉS À L’ÉTRANGER : Une lettre ouverte adressée au Président

Le chef de l’État demeure l’ultime recours de ces citoyens en train de vivre un indicible calvaire. L’ultime recours de ces citoyens, privés de ressources, loin de chez eux, a donc consisté à adresser une lettre ouvert au président Tebboune, lequel avait pris le ferme engagement de se pencher sur chacun de ces cas, alors que cette attente a eu tendance à s’installer dans la durée. La lettre en question, qui ne prend pas la peine de s’appesantir sur chacun de ces cas, de ces véritables drames, ne laisse pas de rappeler en substance que depuis le lancement de cette lettre pétition celle-ci a récolté pas moins de 600 signatures, ce qui donne une idée précise sur l’ampleur de tous ces drames vécus loin du pays et dans le plus complet des anonymats. Preuve en est que ce document, également consultable sur Internet surfe adroitement sur la sentimentalité liée à cette affaire, qui n’a que trop duré dans le temps,  : «  Ils sont des mères et pères loin de leurs enfants, des filles et fils loin de leurs parents, des frères et sœurs loin de leurs familles.. Finalement, ils sont des centaines d’Algériennes et Algériens, loin de leur patrie, à l’abandon ! À préciser qu’ils ne sont ni résidents, ni détenteurs de la double citoyenneté, des Algérien(ne)s qui vivent dans la misère humaine ! NB : Ils respectent la décision du Conseil scientifique au sujet du prolongement de la fermeture des frontières, ils exigent -seulement- leur rapatriement. Ils acceptent en toute responsabilité toutes les mesures préventives de test et de quarantaine dès leur arrivée au pays. Ainsi donc, et après avoir épuisé toutes les voies de recours possibles et imaginables, le seul et ultime espoir qui reste est placé en la personne du président de la République. Un retour d’écoute de la part d’un Président au plus près de son peuple n’est guère à exclure. À suivre..
Ali Oussi