Arrestation

Alger : un individu arrêté pour usurpation d’identité et escroquerie

Les services de la sûreté de wilaya d’Alger, représentés par la circonscription centre de la Police judiciaire, ont arrêté en coordination avec le service de la police des frontières maritimes du port d’Alger, un individu pour usurpation de qualité d’un corps constitué par l’utilisation d’un appareil talkie-walkie et un faux badge d’accès au port. Le lieutenant de police, Mezzani Houcine Seif El Islam, a fait savoir que le suspect « avait dérobé des sommes en devises à plusieurs personnes âgées émigrées ». Après parachèvement des procédures légales en vigueur, le mis en cause a été déféré devant le procureur de la République territorialement compétent, a-t-il ajouté. Par ailleurs, les mêmes services, représentés par la circonscription centre de la brigade criminelle, ont démantelé une bande criminelle spécialisée dans la falsification et faux et usage de faux de documents administratifs, l’escroquerie et l’usurpation d’identité, composée de 3 individus, âgés entre 25 et 35 ans, repris de justice et originaires de la wilaya d’Alger », ajoute-t-on de même source. Après avoir saisi le procureur de la République territorialement compétent, les mêmes services ont réussi à arrêter les membres de cette bande ayant escroqué 4 sociétés privées et à saisir deux sceaux utilisés dans la falsification, des dossiers de base falsifiés, deux imprimantes couleurs et 3 téléphones portables. Après parachèvement des procédures légales en vigueur, les mis en cause seront présentés devant le Parquet, a précisé le même responsable.

11 morts et 186 blessés sur les routes en 24 heures
Onze (11) personnes ont trouvé la mort et 186 autres ont été blessées dans des accidents de la circulation survenus dans plusieurs wilayas du pays durant les dernières 24 heures, a indiqué hier un bilan de la Protection civile. Le bilan le plus lourd a été enregistré à la wilaya de Khenchela, avec 5 morts et 2 blessés, suite à une collision entre deux véhicules sur la RN 80, dans la commune de Babar, précise la même source. Par ailleurs, une femme âgée de 67 ans est décédée par asphyxie au monoxyde de carbone à l’intérieur de son domicile, dans la wilaya de Saida, déplore la Protection civile, ajoutant que ses éléments ont prodigué des soins de première urgence à 7 personnes incommodées par le monoxyde de Carbonne émanant d’appareils de chauffage et chauffe-bain à l’intérieur de leur domicile dans les wilayas d’Alger et Saida.

58 millions de personnes ont franchi le seuil de l’extrême pauvreté en Afrique
La pandémie de Covid-19 a exacerbé les défis socio-économiques du continent avec près de 58 millions de personnes qui ont franchi le seuil de l’extrême pauvreté, selon le dernier rapport de la Commission économique sur l’Afrique des Nations unies. « Environ 58 millions d’Africains dont la consommation est comprise entre 1,90 et 2,90 dollars par jour sont extrêmement vulnérables à la pauvreté en raison de la pandémie », relève ce rapport présenté samedi à Dakar en marge des travaux de la 54ème réunion de la CEA. Le rapport souligne que les femmes sont « plus susceptibles de tomber dans la pauvreté ». Il note également que l’Ethiopie et le Nigéria regorgent la plupart de ces « nouveaux pauvres » créés par la pandémie et que 15 pays africains risquent de se retrouver « dans une situation de surendettement ». La CEA a fait savoir, dans son rapport, que la pauvreté et la vulnérabilité sont liées et que les mesures de politique générale doivent les cibler ensemble dans la recherche de solutions. Selon le même document, la pandémie a confirmé la nécessité de « se concentrer sur l’amélioration de la gestion des risques des ménages vulnérables et sur le renforcement de leur résilience ». Pour les auteurs du rapport, les stratégies de lutte contre la pauvreté ne doivent pas se limiter à réduire la pauvreté immédiate mais doivent également réduire la vulnérabilité à la pauvreté et renforcer la résilience face aux chocs futurs.

La marine tunisienne porte secours à 81 migrants partis de Libye
La marine tunisienne a annoncé samedi avoir secouru 81 migrants, dont une femme, partis des côtes libyennes qui se trouvaient sur une embarcation de fortune en mauvais état. Parmi les 81 migrants -80 hommes et une seule femme- qui tentaient de franchir clandestinement la Méditerranée, « 38 sont originaires d’Egypte, 32 du Bangladesh, 10 du Soudan et 1 du Maroc », a indiqué la marine militaire. Le bateau, qui était endommagé, a été intercepté alors qu’il se trouvait à 6 km environ des côtes du nord-est de la Tunisie. L’embarcation était partie dans la nuit du 13 au 14 mai, du village d’Abu Kammash, à l’extrême-ouest de la Libye, tout près de la frontière tunisienne, selon les témoignages des candidats à l’immigration qui ont dit avoir entre 20 et 38 ans. Ils ont été ramenés au port El Ktef, près de Ben Guerdane, non loin de la frontière libyenne, pour être pris en charge par la garde nationale. Début mai, les autorités tunisiennes avaient annoncé avoir retrouvé les corps de 24 migrants morts noyés après le naufrage de leurs embarcations au large des côtes du centre-est de la Tunisie. Entre le 22 et le 30 avril, quatre embarcations avaient chaviré au large des côtes de Sfax, provoquant la noyade des migrants repêchés les jours suivants, tandis que 97 personnes avaient pu être secourues.

Secousse tellurique de 3 degrés enregistrée dans le centre de la Tunisie
Une secousse tellurique d’une magnitude 3 sur l’échelle de Richter a été enregistrée hier, rapporte l’Institut tunisien de la météorologie (INM). « Une secousse tellurique d’une magnitude de 3 C sur l’échelle de Richter a été enregistrée hier, à 08h38 heure locale, au centre du pays », a indiqué l’INM. L’épicentre de la secousse a été situé à 86,34 degrés de latitude et 59,8 degré de longitude, au sud-est de Feriana dans le gouvernorat de Kasserine, a précisé l’institut.

Décès de Brim Mohamed El Hadi, conseiller à la retraite près la Cour suprême et ancien président du SNM
Le conseiller à la retraite près la Cour suprême et ancien président du syndicat national des magistrats (SNM), Brim Mohamed El Hadi est décédé, samedi, a indiqué un communiqué du ministère de la Justice.
L’enterrement du défunt a eu lieu cet après-midi au cimetière d’El Alia (Alger), en présence du ministre de la Justice, garde des sceaux, Abderrachid Tabi et plusieurs cadres et magistrats ainsi que des proches et amis du défunt, note le communiqué.
Le défunt a un parcours riche depuis qu’il a rejoint le corps de la magistrature en 1978. De juge au tribunal de Sidi M’hamed à conseiller à la Cour d’Alger en 1987, Il a été désigné président de la Cour de Djelfa en 1988 puis président de la Cour de Mostaganem en 1989. En 1990, il a été élu premier président du SNM et désigné ensuite conseiller à la Cour suprême en 1993 jusqu’à son départ à la retraite en 2006. Le défunt était connu pour « ses hautes qualités et son grand sens de professionnalisme en défendant sans relâche l’indépendance de la justice jusqu’à son dernier souffle », ajoute la même source.