Agriculture à Djelfa : Indices encourageants en 2018 pour une relance du secteur

Réputée naguère pour son cachet agropastoral, la wilaya de Djelfa est en passe de se «découvrir» de nouvelles vocations en réalisant durant l’année 2018 qui s’achève, des indices jugés positifs en agriculture, susceptibles de la promouvoir en région agricole par excellence, se félicitent des responsables à la Direction des services agricoles (DSA).

Cet optimisme est corroboré par un développement notable réalisé dans de nombreuses filières agricoles d’importance, comme celle de la pomme de terre, dont la production a dépassé les 1 265 million de tonnes durant la campagne 2017/2018, contre pas plus de 721 000 tonnes lors la campagne écoulée, selon les chiffres fournis par la DSA. Cette culture est essentiellement concentrée dans les régions d’El-Birine et Hed Shari, où un intérêt croissant est enregistré pour la filière, par des agriculteurs locaux, ayant acquis leur savoir-faire auprès d’agriculteurs expérimentés issus de wilayas voisines réputées pour leur leadership dans ce domaine. Ce développement de la filière est allé de paire avec une nette croissance du rendement à l’hectare, qui a pratiquement doublé en si peu de temps, en passant de 132 qx/ha, à 240qx/ha, selon la même source. La superficie cultivée en pomme de terre qui était de 1 242 ha durant la période s’étalant de 2000 à 2009, a passé à 3 782 ha durant la campagne 2018.

Djelfa, leader national en production de viandes rouges
Considérant la vocation agropastorale de la wilaya, les viandes rouges figurent en tête de liste des filières les plus prospères du secteur agricole, l’ayant hissé au premier rang national, avec une production de 544 200 qx de viandes rouges, soit un taux de 10% de la production nationale en la matière. Un leadership lui ayant valu un intérêt particulier de la part des autorités centrales, qui lui ont affecté, ces dernières années, un projet de Complexe régional d’abattage de viandes rouges, concrétisé dans la commune de Hassi Bahbah (50 km au nord de Djelfa) . Dans une perspective d’optimisation des opportunités offertes par ce Complexe, un projet de création de cinq coopératives agricoles à travers différentes régions de la wilaya, est en cours de mise en œuvre, en vue de lui assurer un approvisionnement permanant en matière première ( bêtes destinées à l’abatage).

Des cultures pilotes avec des indices de production encourageants
D’autres cultures expérimentales ont été couronnées par beaucoup de succès dans la wilaya, à l’exemple de l’amande, dont la récolte, à Ain Ouessara, a été estimée à 8 390 qx. A cela s’ajoutent d’autres expériences concluantes réalisées en matière de culture de pommes, de poires et de prunes, dans le nord de la wilaya. L’oléiculture est l’autre filière ayant enregistré une nette prospérité dans la wilaya, durant ces dernières années. La production d’olives a dépassé les 280 000 qx durant la campagne écoulée. Djelfa, particulièrement la région de Messaàd est, aussi, réputée pour ses abricots et grenadines de qualité supérieur, selon les mêmes responsables, qui estiment ces deux produits agricoles susceptibles de contribuer à l’obtention du label de qualité, au profit de la wilaya. Ces cultures agricoles réunies ont valu à la wilaya de Djelfa un classement à la 10ème place en matière de contribution à la valeur de la production agricole nationale, selon le responsable de la DSA, Ali Fenazi. Ce développement de la production agricole a été accompagné d’une extension de la superficie irriguée, portée, cette année, à 43.000 ha, avec un objectif d’atteindre 61.000 ha, en 2019, a-t-il ajouté, signalant en parallèle une extension programmée du réseau d’électrification rurale. Le responsable a souligné, par ailleurs, la contribution de l’action d’assainissement du foncier agricole local dans le développement des activités agricoles, notamment concernant la mise en valeur des terres, la concession agricole, et la création de périmètres agricoles.
Des efforts soutenus sont, également, consentis en direction de nombreuses filières agricoles porteuses, dont l’élevage ovin et bovin, pour lesquelles une subvention globale de près de 400 millions de Da est programmée à la distribution, durant les prochains jours, au titre du Fonds de développement rural, a informé M. Fenazi. Il a signalé la signature de 11 conventions avec des fournisseurs, dans l’objectif d’encourager les petits producteurs à élargir leurs activités.