LIBYE

AFFRONTEMENTS ENTRE GROUPES ARMÉS À TRIPOLI : L’Algérie « préoccupée » par la situation en Libye

L’Algérie suit, avec « une grande préoccupation », les développements de la situation en Libye, suite aux affrontements entre groupes armés qui ont éclaté dans la nuit de vendredi à samedi dans la capitale Tripoli. Mettant en garde toutes les parties libyennes contre le risque de replonger le pays dans le chaos et le mener au point de non-retour, le ministère des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger a indiqué, dans un communiqué, que «tout en condamnant le recours à la violence sous toutes ses formes », l’Algérie met en garde «  toutes les parties libyennes contre le risque de replonger le pays dans le chaos ou le mener au point de non-retour ». Appelant les parties libyennes «  à faire preuve de sagesse et à faire prévaloir le dialogue et la réconciliation  en œuvrant à préserver l’accord de cessez-le-feu », elle rappelle les Libyens que cette voie est la seule à même «d’éviter l’effusion du sang des Libyens et protéger leur sécurité et intégrité ». L’Algérie, qui voit dans les derniers évènements de violences entre groupes armés dans la capitale libyenne, de « grave développement qui survient à la veille de la reprise des travaux de la Commission constitutionnelle mixte au Caire sous l’égide de l’ONU », affirme que la gravité en question « constitue en soi un facteur supplémentaire pour réaffirmer l’impérieuse nécessité d’accélérer la finalisation de l’élaboration des contenus de la base constitutionnelle ». Une base constitutionnelle, poursuit la même source, « devant permettre au peuple libyen d’exercer son droit souverain à choisir ses dirigeants et ses représentants » à travers, précise-t-on, «des élections libres et intègres dans un climat de sécurité et de stabilité », conclut le département ministériel de Ramtane Lamamra.
K. B.