ooredooP4

AFFAIRE DU PATRON D’OOREDOO EXPULSÉ D’ALGÉRIE : Le ministre du Travail reçoit le directeur exécutif du groupe qatari

L’affaire de l’expulsion du P-DG d’Ooredoo Algérie du territoire national, comme décision à effet immédiat, prise mercredi dernier, n’est pas près à connaitre son épilogue, et encore moins délivrer tous ses secrets, quoique la cause directe est connue. Les intentions de Nikolaï Beckers, le désormais ex-patron de la société de téléphonie, de jeter expressément au chômage quelque 900 employés algériens, l’ont précipité à se mettre à dos les autorités algériennes, lesquelles ont réagi illico pour mettre fin à cette injustice.
Hier, faisant partie de la délégation de l’émir du Qatar en visite en Algérie, le directeur exécutif du groupe Ooredoo, Saoud Ben Nasser Al- Thani, et sur sa demande, a été reçu par le ministre du Travail, Chawki Acheuk Youcef, dans les locaux de son département ministériel. Dans un communiqué diffusé sur sa page facebook, le ministère du Travail s’est contenté d’évoquer un échange entre les deux parties tournant autour du partenariat entre le groupe qatari et l’Algérie dans le domaine de l’emploi. Mais, ce qui n’a pas été dit par contre c’est le fait que l’essentiel de l’audience a été consacré à l’affaire de Nikolaï Beckers, surtout que le groupe qatari, le lendemain de l’expulsion de son « subordonné » notamment, a réagi pour annoncer « suivre de près » la situation sur ce dossier. Comme il avait également fait part de l’ « ouverture d’une enquête  sur les allégations » relatives à cette expulsion de son P-DG. Au cours de cette entrevue, le boss du consortium qatari a dû écouter la version, on ne peut plus claire, des autorités algériennes au sujet d’une expulsion motivée par des raisons somme toute légitimes.
F. G.