Handballa

A deux mois des championnats d’Afrique des cadettes et juniors : Les sélections algériennes toujours en veilleuse

La Fédération Algérienne de Handball semble toujours dans un profond sommeil et n’a pas encore manifesté un réel intérêt pour les équipes nationales, notamment les équipes féminines de jeunes, qui ne sont qu’à deux mois de la date des championnats d’Afrique des cadettes et juniors prévus dans la capitale guinéenne Conakry en septembre prochain.
A l’opposé de cette négligence de la part de l’instance algérienne, de nombreuses autres fédérations continentales ont atteint des stades avancés dans la préparation de leurs équipes pour les rendez-vous continentaux, notamment les équipes tunisienne et égyptienne qui se préparent déjà à prendre part à des tournois amicaux. C’est le cas pour la Fédération égyptienne, qui a reçu une invitation de la Fédération roumaine pour participer à un tournoi amical pour la catégorie des moins de 18 ans durant le mois de juillet en cours avec les équipes de Croatie et de Pologne.
Concernant l’équipe des moins de 20 ans, la Fédération égyptienne a écrit aux fédérations de Croatie, du Monténégro et de Roumanie, dans l’attente d’une réponse d’une de ces fédérations afin d’accueillir la sélection pour un stage préparatoire commun le mois d’août prochain en prévision de participer au championnat d’Afrique.
Ainsi, après le forfait de la sélection algérienne des dames du vingt-quatrième Championnat d’Afrique féminin sur décision de la Fédération algérienne. Cette dernière a tout mis sur le dos des répercussions de la pandémie de Corona, avançant qu’elle a empêché l’équipe de se préparer pour la compétition. Sachant que l’équipe est en dehors du champ d’intérêt de la Fédération depuis deux ans. Au train où vont les choses donc, il semble que les juniors et les cadettes algériennes connaîtront le même sort à moins que la récente nomination de Dahman Hamlaoui comme responsable des équipes nationales féminines des jeunes lors de la dernière réunion du bureau fédéral tenue il y a une semaine ne change la donne.
H. S.