yemen

Yémen : «Course contre la montre» face au Covid-19 et à la crise humanitaire

Les travailleurs humanitaires sont confrontés à une «course contre la montre» pour éviter une aggravation de la crise au Yémen, pays pauvre ravagé par la guerre et touché par une propagation rapide du nouveau coronavirus (Covid-19), a averti mardi le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres. «Nous sommes dans une course contre la montre. Combattre le Covid-19 en plus de l’urgence humanitaire déjà présente requiert une action urgente», a-t-il déclaré lors d’une conférence virtuelle de donateurs pour le Yémen organisée par l’Arabie saoudite. Depuis mars 2015, l’Arabie saoudite intervient au Yémen à la tête d’une coalition militaire qui appuie le gouvernement yéménite contre le mouvement armé des Houthis. Dans un communiqué, le gouvernement saoudien a estimé que «2,3 milliards de dollars (2 milliards d’euros) sont nécessaires pour couvrir les besoins d’urgence au Yémen dans de multiples secteurs, y compris l’assistance médicale, alimentaire et le logement». Le Secrétaire général adjoint de l’ONU pour les affaires humanitaires, Mark Lowcock a évoqué quant à lui le chiffre de 2, 4 milliards de dollars, dont 180 millions consacrés à la lutte contre la maladie Covid-19. M. Lowcock, ainsi que le ministre saoudien des Affaires étrangères Fayçal ben Farhane participent à cette visioconférence. «Nous exhortons les donateurs à s’engager généreusement», a déclaré Jens Laerke, porte-parole du Bureau de coordination des affaires humanitaire des Nations unies (Ocha). La situation au Yémen risque de s’aggraver: les organismes d’aide intervenant dans le pays se dirigent vers un «gouffre budgétaire», a-t-il prévenu. Dans une déclaration commune, les responsables du Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), du Programme alimentaire mondial (PAM) et de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ont également tiré la sonnette d’alarme. Dans un communiqué, le ministre britannique des Affaires étrangères Dominic Raab a d’ores et déjà promis une aide de 160 millions de livres britanniques, soit 179,2 millions d’euros.
Cette aide «fera la différence entre la vie et la mort pour des milliers de Yéménites qui font aussi face désormais à la menace du nouveau coronavirus», a-t-il dit. Et pour l’ONG Médecins sans frontières (MSF), le Yémen se tient au bord d’une «catastrophe», ses infrastructures sanitaires étant trop fragiles pour faire face au nouveau coronavirus, mises à mal par des années de guerre. «Le Covid-19 n’est que le dernier défi dans une situation qui se détériore», a affirmé Abdallah al-Rabiah, chef du Centre d’aide et de secours «Roi Salmane», chargé de l’assistance humanitaire saoudienne au Yémen.