L’Onu prête à envoyer de l’aide humanitaire avec l’accord de Caracas

Venezuela : L’Onu prête à envoyer de l’aide humanitaire avec l’accord de Caracas

Les Nations Unies se disent prêtes à envoyer de l’aide humanitaire d’urgence au Venezuela, mais seulement avec l’accord de Caracas.

«L’aide humanitaire ne devrait jamais être utilisée comme une pièce politique», a déclaré jeudi le porte-parole de l’ONU Stéphane Dujarric. L’entrée au Venezuela de denrées et médicaments, qui commencent à être stockés aux portes du pays pétrolier en crise, est au coeur d’un duel politique entre le président vénézuélien Nicols Maduro et l’opposant et chef du Parlement Juan Guaido, qui s’est autoproclamé président en exercice du pays. Juan Guaido, reconnu président par intérim par une cinquantaine de pays, a appelé l’armée à laisser passer cette aide humanitaire, essentiellement américaine pour le moment, destinées aux populations les plus vulnérables, soit quelque 300.000 personnes. De son côté, le chef de l’Etat Maduro assure que la pénurie de médicaments et de nourriture est liée aux sanctions américaines, promettant de bloquer ce qu’il appelle «le show de la prétendue aide humanitaire». Le gouvernement de Donald Trump a gelé les comptes des dirigeants vénézuéliens et annoncé de nouvelles sanctions visant le gouvernement de Nicolas Maduro. Cependant, selon la secrétaire d’Etat américaine adjointe chargée des Amériques, Kimberly Breier, Washington ne prévoit pas d’»entrer de force sur le territoire vénézuélien» pour y distribuer la nourriture et les médicaments. De son côté, Nicolas Maduro accuse les Etats-Unis de mettre en place une «coalition internationale» pour «commettre la folie d’intervenir militairement au Venezuela sous le prétexte d’une crise humanitaire inexistante». Selon les médias, à l’aide d’une citerne, deux conteneurs, des barrières et des blocs de béton, l’armée vénézuélienne bloque depuis jeudi le pont frontalier de Tienditas. A quelques centaines de mètres de là, côté colombien, se trouvent les hangars où commence à être stockée l’aide d’urgence. Pour John Magdaleno, directeur du cabinet Polity, le duel autour de ces denrées est un «évènement majeur» qui «conduit inévitablement à une escalade» entre le gouvernement et l’opposition, mais aussi entre Nicolas Maduro et les pays qui soutiennent son adversaire.